Angers (Maine-et-Loire)

Ancienne capitale de l'Anjou, la ville d'Angers possède plusieurs monuments anciens dont la cathédrale Saint-Maurice. Datant des XIIe et XIIIe siècles, de style gothique, ses verrières et vitraux (dont 3 sont du XIIe siècle), ses tapisseries et son buffet des grandes orgues sont parmi ses trésors les plus remarquables. Si l'on sait qu'un orgue était installé dans cette église dès 1369, l'instrument actuel, placé dans un buffet des années 1740 dû au menuisier angevin Louis Hamon et à l'architecte parisien Pierre Surugue, date de 1873 et est l'œuvre d'Aristide Cavaillé-Coll (66 jeux). Gravement endommagé par des bombardements en 1944, il fit l'objet en 1957 d'une réfection totale par le facteur Beuchet-Debierre et fut inauguré le 8 novembre 1959 par Marcel Dupré. (photos Jean-René Phelippeau, mai 2006, et Denis Havard de la Montagne, novembre 2017)


Cathédrale St-Maurice, Angers - Photo Jean-René Phelippeau, mai 2006 Cathédrale St-Maurice, Angers - Photo Jean-René Phelippeau, mai 2006




























LA TENTURE DE L'APOCALYPSE

Commandée en 1373 par le duc Louis Ier d'Anjou, cette tenture fut exécutée entre 1377 et 1382 par le marchand de tapisseries parisien Nicolas Bataille, assisté de Jean de Bruges, peintre du roi, et de Robert Poisson, lissier. Léguée en 1474 par le roi René Ier d'Anjou à la cathédrale d'Angers, elle y sera exposée épisodiquement jusqu'au début des années 1950, avant d'être installée et présentée au public, à partir de 1954, dans une galerie spécialement construite au château d'Angers. A l'origine cette tenture, la plus grande jamais confectionnée en Europe, avait une longueur de 140 mètres, une surface totale de 850 mètres carrés et était formée de six tableaux de 14 scènes, chacun mesurant 23 mètres de long et 6 mètres de hauteur. Au fil des siècles, mal conservée, environ un tiers des scènes a disparu, et de nos jours seuls 104 mètres découpés dans les six tableaux nous sont parvenus. Ce joyau de l'art médiéval, représentation de l'Apocalypse de Jean, est classé au titre des Monuments historiques depuis juin 1902. (photo Denis Havard de la Montagne, novembre 2017) DR.


Vue générale partielle des 2ème et 3ème tableaux.

Deuxième trompette : le naufrage (2ème tableau, scène 21)
Les myriades de cavaliers (2ème tableau, scène 26)

La chute de Babylone envahie par les démons (5ème tableau, scène 66)
Les Bêtes sont jetées dans l'étang de feu (6ème tableau, scène 74)

La mesure de Jérusalem nouvelle (6ème tableau, scène 81)
Le fleuve coulant du trône de Dieu (6ème tableau, scène 82)

 


Relancer la page d'accueil du site MUSICA ET MEMORIA

Droits de reproduction et de diffusion réservés
© MUSICA ET MEMORIA

tumblr hit counter