LE VOCABULAIRE MUSICAL DANS LE LANGAGE FAMILIER

 

Les musiciens empruntent parfois des qualificatifs étrangers à leur vocabulaire technique. Ne parle-t-on pas d'une tendre mélodie, d'une musique endiablée ou sautillante, d'un orchestre somptueux, voire même d'une trompette belliqueuse ou d'un violon sentimental? C'est sans doute en raison du pouvoir éminemment expressif de la musique.

Mais si la musique n'a pas, autant qu'on pourrait le souhaiter, un très grand nombre de connaisseurs ou ne rassemble pas encore assez de mélomanes passionnés, le vocabulaire musical, les termes, les expressions plus ou moins techniques appartenant à l'art musical et au monde des musiciens sont nombreux à être passés dans le langage familier: analogies, métaphores, termes imagés sont employés même par les plus béotiens, parfois aussi à tort et à travers.

Voici donc bon nombre de ces mots, de ces expressions passés de la musique à l'usage courant. Les lecteurs, s'ils le désirent, sont invités à compléter éventuellement ce "lexique"

Accord parfait : c'est un ensemble de trois sons ou plus chantés ou joués simultanément et étagés à intervalles bien définis. Couramment : entente complète entre deux ou plusieurs personnes sur un sujet donné.

Allegro : cet adjectif italien tout à fait intégré dans le langage musical (vif, animé) est couramment utilisé sur un ton ironique : "Je me suis enfui allegro".

Ballet : spectacle de danses ou ensemble des danseurs (ballet de l'opéra); au sens figuré : activité de plusieurs personnes: "le ballet diplomatique... le ballet des ministres".

Basse : la voix chantée la plus grave ou la partie la plus grave de l'harmonie ou encore l'instrument le plus grave de l'ensemble. Expression ou interjection courante : "Doucement, les basses".

Bémol : signe placé devant une note indiquant à l'exécutant de baisser le son d'un demi-ton chromatique. (b) - Mettre un bémol: parler moins fort, adoucir son ton, diminuer ses exigences ou assouplir des interdictions.

Cadence : terminaison d'une phrase musicale, résolution d'un accord ou rythme. Par analogie: répétition d'un mouvement. On dit "forcer la cadence" , "à une bonne cadence".

Carillon : ensemble de cloches accordées. On parle de "tout un carillon de bonnes nouvelles", ou "il carillonne à la porte", ou "fête carillonnée".

Chanter : on connaît l'expression "faire chanter quelqu'un" ou "maître chanteur". On dit aussi "si cela vous chante" (si cela vous convient) , "c'est comme si on chantait" (c'est inutile) ou encore "qu'est-ce que vous me chantez là" (qu'est-ce que vous me racontez). Chanter peut vouloir dire aussi exalter, célébrer, comme dans "chanter les louanges".

Chef d'orchestre : il fut le chef d'orchestre de toute la manifestation.

Clavier : le clavier de la machine à écrire ou, plus souvent de nos jours, de l'ordinateur. On dit même : "cet écrivain a un vaste clavier".

Cloche : se faire sonner les cloches! Il y a plusieurs proverbes: " Qui n'entend qu'une cloche n'entend qu'un son", " déménager à la cloche de bois"...

Concert : un concert de louanges, concert d'approbations.

Contrepoint : c'est l'art de composer de la musique en superposant des dessins mélodiques. La locution adverbiale "en contrepoint" désigne deux actions qui se déroulent simultanément.

Cor : par exemple: réclamer à cor et à cri.

Corde : faire vibrer (ou toucher) la corde sensible (par analogie aux cordes des violons ou violoncelles).

Crescendo : en musique, ce mot italien veut dire : en augmentant le son, l'intensité. Dans le langage courant, il s'emploie pour évoquer toute augmentation en nombre, en quantité, en décibels.

Détonner : sortir de la tonalité, chanter ou jouer faux. Couramment, c'est ne pas être à sa place, trancher sur un ensemble. Exemples: " ce fauteuil Empire détonne dans ce salon Louis XV"; "son langage vulgaire détonne dans cette assemblée".

Diapason : ce petit instrument donne le LA qui sert de référence, mais ce mot peut exprimer une conformité, une adaptation : " leur conversation révéla qu'ils étaient tous deux au même diapason".

Dissonant : réunion de deux ou plusieurs sons qui peuvent surprendre l'oreille ou sont carrément désagréables. On dit aussi, par exemple: ces deux caractères sont dissonants, ces couleurs sont dissonantes.

Entonner : quand il ne s'agit pas de chanter, ce verbe s'emploie souvent dans un sens flatteur: "entonner les louanges de quelqu'un".

Flûte : en dehors de l'instrument à vent, ce mot peut désigner un pain (comme une baguette), ou un verre (à champagne), plus familièrement les jambes : "jouer des flûtes" (courir), ou encore, par onomatopée, flûte! comme zut!

Fugue : ce mot désigne bien, à l'origine, cette forme de composition illustrée si brillamment par J.S. BACH. Il fut ensuite repris à l'italien pour désigner l'action de s'enfuir.

Gamme : précisons que le mot vient de la lettre grecque Gamma désignant alors la première note de la gamme. Depuis, nous avons les gammes majeures, mineures, chromatiques, diatoniques, etc... Par analogie, on dit : gamme de couleurs; toute la gamme de sentiments; une voiture haut de gamme.

Grand-messe : bien que ce terme ne soit pas purement musical, il évoque la messe chantée, solennelle, en musique. Les journalistes nous gratifient de plus en plus souvent, et d'une manière tout à fait ridicule, des "grands messes du RPR", des "grands messes du parti communiste", pour commenter le moindre meeting politique.

Grandes orgues : "donner les grandes orgues" veut dire utiliser tous les arguments possibles ou y mettre tous les moyens de persuasion.

Guitare : synonyme de flûte pour désigner la jambe.

Harmonie : si l'harmonie est essentiellement la science et l'emploi des accords, le mot est beaucoup utilisé pour évoquer une entente parfaite, une sympathie réciproque: nous espérons que nous sommes en harmonie avec nos lecteurs. On parle aussi de l'harmonie des couleurs.

Hymne : sans musique, un hymne peut être une sorte de poème lyrique ou simplement un éloge un peu solennel; par exemple un hymne de reconnaissance.

La : sixième note de la gamme de do et note de référence pour accorder les instruments à l'aide du diapason. Par analogie, donner une directive, une consigne: "A Matignon, on donne le La pour aboutir ensemble à la même conclusion".

Leitmotiv : thème musical répété à plusieurs reprises pour évoquer un personnage, une idée, un objet; Richard Wagner a été le champion de ce procédé. Au figuré, c'est la répétition d'une phrase, d'un mot pour insister sur une idée ou une affirmation.

Luth : rappelons aux esprits curieux que l'instrument lui-même est d'origine arabe. Le luth, par ailleurs, est devenu le symbole de la poésie : "Poète, prends ton luth et me donne un baiser" (A. de Musset). C'est aussi, par analogie, une grande tortue marine.

Lyre : elle est également devenue l’emblème de la poésie: "accorder sa lyre" , c'est s'exprimer en poésie. Familièrement, "toute la lyre" veut dire toutes choses du même genre comme on dirait "tout le tremblement" .

Mandoline ("jouer de la mandoline" ou "jouer un solo de mandoline") : plaisir féminin solitaire.

Mélodie : "Ses confidences étaient comme une douce mélodie". Le bruit mélodieux du ruisseau... la mélodie du bonheur.

Mélopée : "la triste mélopée de ses gémissements".

Musique : "N'allez pas plus vite que la musique". Pour dire : "allons-y", on dit souvent "en avant la musique". "C'est toujours la même musique" (c'est toujours le même discours) et encore : "connaître la musique" pour connaître son sujet.

Nuance : "un caractère tout en nuances" ou "saisir toutes les nuances d'un discours".

Orgue : l'instrument est bien connu mais ce peut être aussi une pièce d'artillerie ancienne. Il y eut aussi les "orgues de Staline": canons multiples autopropulsés (évoquant les tuyaux d'orgue). Moins connus, citons les "orgues basaltiques" qui sont des coulées de basalte ayant la forme de tuyaux d'orgue serrés, et les "orgues de mer", animaux marins présentant une face calcaire rappelant également les tuyaux d'orgue.

Orchestre : on utilise parfois ce mot pour désigner une multitude, une amplitude. On dit aussi "orchestrer une campagne publicitaire", c'est l'organiser, ou "orchestrer des rumeurs", c'est-à-dire les propager.

Partition : c'est en pensant à la partition musicale que, depuis peu, les journalistes et les hommes politiques emploient ce mot plus ou moins adroitement, sans qu'il y ait le moindre rapport avec la musique. On entend: "le ministre connaît bien sa partition" ou " faire un accroc à la partition".

Piano : mot italien indiquant une nuance douce en musique. En dehors de la musique, on dit souvent: "allez-y piano" (allez-y doucement). L'instrument lui-même appelé piano depuis la fin du XVIIIe siècle a donné son nom au fourneau de la cuisine des restaurants : "Tous les matins, je suis heureux de me retrouver au piano, devant le feu et les casseroles" (Guy Savoy, restaurateur à Paris). Pianoter : tapoter sur quelque chose avec les doigts, ou encore sur sa machine à écrire ou son ordinateur.

Point d'orgue : ce signe utilisé en musique œ désigne un temps d'arrêt qui suspend la mesure, un prolongement libre d'une note ou d'un silence. Par métaphore, le point d'orgue désigne une pause dans une succession d'événements, un arrêt sur image. Exemple: "Cette visite allegro s'achevait en point d'orgue au musée".

Prélude : "ce fut le prélude des hostilités".

Psalmodie : exactement, manière de chanter les psaumes. Couramment, on dit: "J'écoutais la longue psalmodie de ses réclamations".

Refrain : on entend par exemple: " Avec lui, c'est toujours le même refrain" ou bien "Changez de refrain".

Romance : on oublie que ce mot est d'origine espagnole : c'est une mélodie tendre. C'est parfois une déclaration d'amour passionnée.

Rythme : en dehors de la musique, ce mot peut désigner un mouvement régulier, périodique, cadencé: le rythme cardiaque, le rythme des vagues, le rythme de la vie (moderne), le rythme d'une production, le rythme infernal...

Sourdine : c'est d'abord un dispositif adapté à un instrument à cordes ou à vent pour en atténuer la sonorité. Partant de là, ce mot est utilisé pour exprimer ce que l'on veut faire sans bruit, sans éclat: "mettez une sourdine à vos propos" ou "tout se passe en sourdine".

Symphonie : si le mot ne peut renier son origine musicale (du grec, ensemble de sons), il évoque bien d'autres choses dans le langage courant: "Symphonie de couleurs", "symphonie aurorale"(V. Hugo), "symphonie d'étoiles".

Tambour : quelques expressions: "Sans tambour ni trompette", "tambour battant", "les cheveux raides comme des baguettes de tambour". Par analogie de forme, on appelle tambour une petite entrée à double porte, un métier circulaire pour broder. Il y a aussi les freins à tambour.

Tempo : en musique, c'est l'indication du rythme, du mouvement, de la vitesse d'exécution. Par imitation, dans le langage courant, c'est l'allure d'une répétition de gestes, le déroulement d'une action.

Ton, Tonalité : on parle de ton ou de tonalité dans les couleurs; on utilise ces mots pour qualifier une conversation : "un ton coléreux, méprisant, familier". On dit aussi "élever le ton", "répéter sur tous les tons", "parler dans une tout autre tonalité", etc...

Trémolo: en musique, c'est le mouvement de vibrations ou des notes répétées et très serrées. On dit couramment "avoir des trémolos dans la voix" (signe d'émotion).

Trombone : par analogie de forme comparée à l'instrument de musique, il peut s'agir d'une petite agrafe bien souvent utilisée.

Trompette : les trompettes de la renommée: sans tambour ni trompette; le nez en trompette; trompette de la mort (c'est un champignon).

Unisson : en musique, l'unisson désigne un son unique produit par plusieurs voix ou instruments. Au figuré, c'est l'accord total dans les pensées, dans les sentiments de plusieurs personnes ou dans leurs opinions : "Nos cœurs sont à l'unisson".

Violon : "Accordez vos violons" (mettez-vous d'accord). Légèrement vulgaire: "c'est comme si on pissait dans un violon" (c'est comme si on n'avait rien fait). Le violon d'Ingres. "Passer la nuit au violon" (en prison) : les cordes de l'instrument évoquent sans doute les barreaux de la prison.

Violoncelle : une voix de violoncelle est une voix chaude et bien timbrée.

Joachim HAVARD DE LA MONTAGNE


 

LE VOCABULAIRE MUSICAL DANS LE LANGAGE ARGOTIQUE

 

Les argots, car on ne peut parler d’un argot en général puisqu’ils sont multiples et varient suivant les époques, les lieux et les milieux concernés, utilisent également des termes musicaux. Avant d’en rapporter certains, rappelons que la première trace d’un argot en France date du XIIIe siècle dans le " Jeu de Saint-Nicolas ", écrit vers 1200 par Jean Bodel. On rencontre effectivement dans ce miracle dramatique quelques scènes de taverne, non dénuées d’un réalisme piquant ! Enfin, je ne puis résister à mentionner ici quelques noms de dédicataires cités dans l’avant-propos de l’ouvrage d’Auguste Le Breton, " Langue verte et noirs desseins ", paru en 1960 aux Presses de la Cité : Loulou de la Harpe, Coco la Guitare, mais également Dédé Point Bleu, Jo la Balafre et Dédé le Branque...!

 

Chansonnette : interrogatoire de police ; " se laisser avoir à la chansonnette ".

Cloche : individu méprisable. On rencontre également l’expression " être de la cloche " pour désigner une personne sans domicile.

Contredanse : employé pour désigner un procès-verbal pour une contravention au code de la route.

Danse : sévère correction; mettre une danse à quelqu’un.

Fifre : signifie " rien "; valoir que fifre.

Flûte : ce terme qui signifie " jambe " est à présent passé dans le langage familier.

Grelot : téléphone.

Grelots : se rencontre dans l’expression " avoir les grelots " pour dire " avoir peur ".

Musique : signifie 1° chantage et 2° semer la perturbation.

Piano : service anthropométrique. S’emploie pour désigner le relevé des empreintes digitales par la police : " passer au piano ".

Polka : à l’origine était seulement utilisé pour désigner une femme du milieu. De nos jours s’applique à toutes les femmes.

Sarabande : utilisé dans l'expression "avoir le cœur qui bat la sarabande", qui bat trop vite.

Siffler : boire ; " siffler une bouteille ".

Sonné : ne pas avoir toute sa tête, synonyme de " dingue " ou " siphonné ".

Sonner : frapper quelqu’un avec vigueur.

Valse : se rencontre dans l’expression " inviter à la valse " qui signifie : proposer à une personne de sortir pour se battre.

Denis HAVARD DE LA MONTAGNE

 


Relancer la page d'accueil du site MUSICA ET MEMORIA

Droits de reproduction et de diffusion réservés
© MUSICA ET MEMORIA

tumblr hit counter