SIEGLINDE WAGNER
( 1921 - 2003 )

Sieglinde Wagner, photo Archiv der Deutschen Oper Berlin
Sieglinde Wagner, photo Archiv der Deutschen Oper Berlin
( avec l'aimable autorisation de l'Opéra de Berlin )

Le 31 décembre 2003 s’est éteinte dans un hôpital berlinois la contralto Sieglinde WAGNER à l’âge de 82 ans. Sa carrière internationale avait débuté en 1949 lorsque Furtwängler l’engageait au Festival de Salzburg pour chanter dans La Flûte enchantée de Mozart. Elle sera ensuite attachée durant 34 ans à l’Opéra de Berlin, où elle se produisit pour la première fois en 1952 dans Rigoletto de Verdi (Madeleine). Si elle a brillé dans le répertoire lyrique classique (Mozart, Verdi, Wagner, Strauss), elle fut également une prestigieuse interprète d’œuvres religieuses qu’elle a parfois enregistrées : Requiem de Dvorak (DG), Messe en si de Bach (Naive/Auvidis), Te Deum de Bruckner (DG) et de Kodaly (Véga), Messe du Couronnement de Mozart (Decca).

Sieglinde Wagner dans ''Cosi fan tutte'' (Dorabella) de Mozart
Sieglinde Wagner dans ''L'Amour de Danaé'' de Richard Strauss, 1952
Sieglinde Wagner dans "Cosi fan tutte" (Dorabella) de Mozart
Sieglinde Wagner dans "L'Amour de Danaé"
de Richard Strauss, 1952
( photos Archiv der Deutschen Oper Berlin, avec l'aimable autorisation de l'Opéra de Berlin )

Née en 1921 sur les bords du Danube à Linz, Sieglinde Wagner étudia le chant dans sa ville natale puis à Munich. Sa carrière ne put réellement démarrer qu’après la seconde guerre mondiale et en 1947 elle était engagée par l’Opéra de Vienne. Deux années plus tard Wilhelm Furtwängler la remarquait. Commençait alors une longue collaboration avec ce chef qui l’enrôla notamment à la Scala de Milan pour L’Anneau du Nibelung (Flosshilde dans L’Or du Rhin, et Grimgerde dans La Walkyrie) et qui aboutit à son engagement, en 1952, par l’Opéra de Berlin, qu’elle ne quittera que 34 ans plus tard (1986) pour prendre sa retraite. Parallèlement à ses activités dans la capitale allemande, Sieglinde Wagner se produisait sur bon nombre de grandes scènes mondiales, notamment à Bayreuth, Edimbourg, Glyndebourne, Salzburg, Vienne, Milan et chantait sous la direction de chefs éminents : Furtwängler, Jochum, Kempe, Böhm, Ancerl, Karajan, Sawallisch, Swoboda, Markevitch…. Parmi son vaste répertoire elle fut plus particulièrement remarquée dans Carmen de Bizet, Les Maîtres chanteurs de Nuremberg de Wagner, Otello, Rigoletto et Nabucco de Verdi, Médée de Cherubini, Elektra et Le Chevalier à la Rose de Strauss, Belshazzar de Haendel. Retirée de la scène depuis près de 20 ans, cette contralto nous laisse de nombreux enregistrements réalisés principalement dans les années cinquante et soixante, dont une partie a été rééditée en CD : Requiem de Dvorak avec Maria Stader (Supraphon), L’Anneau du Nibelung (coffret de 12 CD, Codaex France, avec Furtwängler), Le Chevalier à la rose sous la direction de Clemens Krauss (Golden Melodram), Le Vaisseau Fantôme avec Dietrich Fischer-Dieskau (Berlin classics), Elektra sous la direction de Mitropoulos (Opera d’Oro), la Symphonie n° 9 de Beethoven dirigée par Furtwängler (Orfeo d’Or), Les Noces de Figaro avec Christa Ludwig (Gala)...

D.H.M.

 


Relancer la page d'accueil du site MUSICA ET MEMORIA

Droits de reproduction et de diffusion réservés
© MUSICA ET MEMORIA

tumblr hit counter