SAINTE-ELISABETH DU TEMPLE
195, rue du Temple, Paris IIIe

Eglise Sainte-Elisabeth du Temple (1628), rue du Temple, Paris IIIe
( Dessin de G. Jamet, mars 1996, avec l'aimable autorisation de C. d'Alessandro )
Eglise Sainte-Elisabeth du Temple
( Copyright Jacques Denarnaud, avec l'aimable autorisation de C. d'Alessandro )

Grand orgue de l'église Sainte-Elisabeth-du-Temple, à Paris IIIe. Construit en 1853 par le facteur Suret, il comportait à l'origine 39 jeux répartis sur 3 claviers et un pédalier.
( photo Christophe d'Alessandro, avec son aimable autorisation. )

Détail du grand orgue
( photo C. d'Alessandro )
Console du grand orgue
( photo C. d'Alessandro )
Détail du grand orgue
( photo C. d'Alessandro )

Ancienne chapelle du couvent des Filles-de-Sainte-Elisabeth, ouvert en 1630 par le Père Vincent Mussard (monastère de religieuses du tiers-ordre de Saint-François). Première pierre posé le 14 avril 1628 par la reine Marie de Médicis. L’église, dédiée à Sainte Elisabeth de Hongrie, fut consacrée le 14 juillet 1646. A la Révolution le monastère était vendu et l’église transformée en magasin de fourrage ! Rendue au culte en 1802, elle fut agrandie en 1829.

Grand orgue construit par Antoine Suret en 1853, reconstruit par G. Gutschenritter en 1955, relevé par Ph. Hartmann en 1976, entièrement restauré de 1994 à 1999 par la manufacture Giroud.

A l’origine : 39 jeux, 42 registres répartis sur 3 claviers de 54 notes et pédalier de 24 notes.

 

LES ORGANISTES DU GRAND ORGUE

légende : ! 1836 = cité en 1836     ca 1830 = vers 1830     PO = orgue de choeur      MC = maître de chapelle
   
GAUTHIER !1836
Nicolà LORENZO 1830-1845
ROULLIOT !1846
Auguste BAZILLE 1853 à 1878
Georges SAVOYE !1888 - !1895
Félix FOURDRAIN !1905
Joseph BOULNOIS 1908
René BLIN 1911 - !1939
Pierre VIBERT !1951 à 1976
François-Henri HOUBART 1976 à 1979
Olivier TRACHIER 1979 à 1985
Denis MATHIEU-CHIQUET 1985 à 1992
Christophe d’ALESSANDRO depuis 1988

 

LES MAITRES DE CHAPELLE ET ORGANISTES DE CHŒUR

Orgue de chœur Abbey, construit vers 1840, puis vendu vers 1890. Nouvel instrument Merklin (ou Daublaine ?) installé à la fin du XIXe siècle et modifié en 1955 par Gutschenritter. Actuellement 7 jeux répartis sur un clavier manuel et pédalier à l’allemande.

(Certains organistes du grand orgue exerçaient également les fonctions de maître de chapelle)

légende : ! 1836 = cité en 1836     ca 1830 = vers 1830     PO = orgue de choeur      MC = maître de chapelle
   
Charles COGNET (PO) !1874  - !1877
Ferdinand LUCON (MC) !1874 - !1888
Pierre LABOUREAU (PO) 1887
Joseph RIGAUD (PO) !1888
Omer LETOREY (PO) 1891
Maurice ROBINEAU (PO) 1892
Albert FROMMER 1894
Alain NIZAN (MC) !1944

Denis HAVARD DE LA MONTAGNE - Novembre 2000

 

COMPOSITION ACTUELLE DU GRAND ORGUE

3 claviers manuels (ut1-fa5) et pédalier (ut1-fa3).
Tractions des notes et tirage des jeux mécaniques.
42 registres, 39 jeux.

Positif (ut1- fa5)

Grand-Orgue (ut1- fa5)  

Récit (ut1- fa5)

Pédale (ut1- fa3)

 

basse de flûte 8'

flûte 16'

flûte allemande 8'

Bombarde 16'

dessus de flûte 8'

grand cornet V rangs 16'

bourdon 8'

Trompette 8'

bourdon 8'

montre 8'

gambe 8'

Clairon 4'

kéraulophone 8'

bourdon 8'

voix céleste 8'

Soubasse 16'

prestant 4'

flûte 8'

flûte octaviante 4'

Flûte 8'

nasard 2'2/3

gambe 8'

gambe 4'

Flûte 4'

basse de basson 8'

prestant 4'

cornet V rangs 8'

 

dessus de hautbois 8'

octavin 2'

cor anglais 16'

 

Trompette 8'

plein jeu V rangs

trompette 8'

 

basse de clairon 4'

bombarde 16'

clarinette 8'

 

dessus de clairon 4'

1ère trompette 8'

hautbois 8'

 

 

2ème trompette 8'

voix humaine 8'

 

 

clairon 4'

 

 

Pédales de combinaison à l'origine: 1. Tonnerre. 2. Anches Péd. 3. Anches GO. 4. Copula Récit/GO. 5. Copula Positif/GO. 6 Appel et renvoi flûte 16' GO 7. Appel et renvoi bombarde 16' GO. 8 Appel grand chœur GO. 9.retrait grand chœur GO. 10. Tir GO. 11. Trémolo récit. 12. Expression Récit.

Pédales de combinaison actuelles: 1. Appel flûte 16 ' 2. Appel bombarde GO. 3. III/p 4. II/p 5. I/p 6. III/II 7. I/II 8. Expression récit 9. anches GO 10. anches récit 11. anches pédale 12. trémolo récit.

Inscription : " SURET DE PARIS - EXPOSITION UNIVERSELLE - MEDAILLE DE 1ère CLASSE - FAIT EN 1853 "

 

SURET, FACTEUR D'ORGUES

En 1852-1853, Marie-Antoine-Louis Suret, et son fils Marie-François-Auguste Suret vont construire de neuf leur plus grand instrument, qui restera leur chef-d'oeuvre. Né en 1807, Louis Suret a été l'artisan des premiers instruments Daublaine et Cie. Il quitte Daublaine et Callinet en 1838 pour fonder son entreprise.

L'orgue de Sainte-Elisabeth, construit sans doute grâce à la générosité du curé en titre à l'époque, est inauguré le 28 avril 1853, avec le concours pour l'orgue de Louis-Alfred-James Lefébure-Wély, Alexandre-Charles Fessy, et Auguste Bazille (organiste titulaire), pour le chant d'Alexis Dupont, Mme Lefébure et les chœurs de Sainte-Elisabeth. L'instrument, un grand 16 pieds, aurait eu à l'époque 36 jeux, sur trois claviers et pédalier. Après avoir obtenu les médailles de bronze (1844) et d'argent (1849) aux expositions des produits de l'industrie, c'est une médaille d'or qui échoit à Suret pour l'instrument de Sainte Elisabeth en 1855. En 1855 toujours, l'orgue de Sainte Elisabeth est cité par Schmitt (Manuel de l'Organiste, encyclopédie Roret) mais pour 38 jeux, quatre claviers manuels et pédale séparée. Il est probable que Schmitt a compté comme un clavier séparé le plan sonore de bombarde du grand orgue, qui possède un appel séparé. Le XIXe siècle passe sans trouble ni grand changement pour l'orgue Suret.

Avant l'instrument de Suret, les frère Claude posent en 1845-1846 un instrument neuf sur la tribune du fond de l'église, qui vient d'être construite. Il s'agit d'un orgue de 8 pieds en montre, 3 claviers manuels, et 20 jeux. Cet instrument, avec son sommier à pistons, devait être particulièrement médiocre, car à peine 5 ans plus tard, Suret est appelé pour le remplacer. Cependant, il est probable que la partie centrale du grand corps de l'actuel buffet soit l'ancien buffet des Claude. Le remarquable buffet est classé monument historique 52 ans après sa construction, le 20 février 1905 . Il faut attendre 1927 pour retrouver une description de l'orgue (par Félix Raugel), dans un état qui est celui d'origine à quelques détails près (il a alors 39 jeux, et la soufflerie possède un ventilateur électrique depuis 1914).

 

RESTAURATION ET DÉ-RESTAURATION

Crayon du buffet du grand-orgue de l'église Sainte-Elisabeth par Nathalie d'Alessandro
( © Nathalie d'Alessandro )

Dans les années 30 et 40, plusieurs devis de restauration apparaissent, qui vantent la qualité de l'instrument, mais regrettent son esthétique surannée, et mentionnent la dureté d'une mécanique presque centenaire. Le projet de Gutschenritter de 1941, est ajourné en raison de la seconde guerre mondiale, mais est finalement réalisé au sortir du conflit entre 1955 et 1959. L'instrument Suret-Gutchenritter est reçu le 22 janvier1959 par la ville de Paris. L'incohérence du plan de reconstruction et la piètre qualité de sa réalisation entraînent une détérioration assez rapide, mais éveille un intérêt pour la. partie instrumentale Suret, classée le 18 janvier1980.

Une seconde restauration, en fait une "dé-restauration" complète (tribune, buffet, instrument) est décidée par les monuments historiques, et est arrêtée en 1991. Les travaux, financés à parité par la ville de Paris et l'Etat sont confiés à la manufacture Giroud et sont réalisé entre 1994 et 1998. Jacques Nonnet assure la direction des travaux et l'harmonisation de l'instrument. L'instrument Suret-Giroud est reçu le 21/01/1999, par la DRAC Ile-de-France, en présence du rapporteur des Monuments Historiques, Michel Chapuis, et du technicien-conseil, Jean-Pierre Decavèle. La bénédiction solennelle prend place le 3 mai 1999, par Mgr Pierre d'Ornelas, évêque auxiliaire de Paris, les improvisations de Christophe d'Alessandro, organiste titulaire, répondant aux invocations du P. Antoine Baron, curé de Sainte Elisabeth. L'inauguration a lieu le 20 octobre 1999, avec le concours de François-Henri Houbard, Olivier Trachier, Denys Mathieu-Chiquet et Christophe d'Alessandro.


 

L’INSTRUMENT ACTUEL

Cet instrument de 42 registres (39 jeux) contient toutes les innovations de la facture romantique parisienne de la première moitié du XIXe siècle, à l'exception notable de la machine Barker. La tuyauterie est coupée sur le ton, sauf quelques jeux plus tardifs du récit. Les 3 claviers manuels ont 54 notes, et la pédale 30 (24 à l'origine). La palette sonore est très riche et colorées, avec toutes les familles de fonds (montres de 16' 8' et 4', gambes de 8' et 4', kéraulophone, bourdons, flûte de 16' 8' 4' et 2'), 2 cornets (de 5 rangs chaque, en 16' et en 8'), un nasard et une grosse proportion d'anches (16 sur 39, soit 2 bombardes, 5 trompettes, 3 clairons, 2 hautbois, clarinette, voix humaine, cor anglais, basson). On note le kéraulophone, un des premiers posés en France. Ce jeu possède un gros trou à l'arrière d'une bague mobile, un procédé archaïque de pavillonage. Les différences entre l'orgue Suret-Giroud et l'orgue Suret initial sont mineures : un plein jeux de 5 rangs est mis en place de l'euphone, fondu en 1955 ; les jeux à anches libres disparus ont été reconstitués à anches battantes ; la console, la charpente et la mécanique disparues ou altérées en 1955 ont été reconstituées.

Le buffet monumental est un décor typique du second empire. A triple étage, il comprend 12 tourelles. Mélange de styles qui conduit tout de même à une très belle unité, il est réalisé en sapin, mais une peinture faux bois imite le chêne. Les boiseries et sculptures imitent aussi le bois mais sont en fait en carton-pierre. Il est probable que la partie centrale du grand corps soit en fait le buffet de l'orgue posé en 1845 par les frères Claude. En 1999, le visiteur est toujours frappé par la majesté du buffet, et l'auditeur par la perfection des timbres de cet instrument.

Christophe D’ALESSANDRO,
organiste de Ste-Elisabeth-du-Temple

 


Relancer la page d'accueil du site MUSICA ET MEMORIA

Droits de reproduction et de diffusion réservés
© MUSICA ET MEMORIA

tumblr hit counter