Prix de Rome 1840-1849

François BAZIN - Édouard BATISTE - Aimé MAILLART - Théodore MOZIN - Alexis de GARAUDÉ - Alexis ROGER - Eugène GAUTIER - Henri DUVERNOY - Alexandre MARCHAND - Victor MASSÉ - Renaud de VILBAC - Henri MERTENS - Eugène ORTOLAN - Léon GASTINEL - Louis DEFFÈS - Eugène CRÈVECOEUR - Jules DUPRATO - Auguste BAZILLE - Georges MATHIAS - Ernest CAHEN - Émile JONAS

1840

François Bazin (photo Petit, 1866)
François Bazin en 1866
( photo Pierre Petit, coll. Bnf-Gallica ) DR
François BAZIN (1816-1878)

par Edouard Noël et Edmond Stoulig (1878)
in Les Annales du théâtre et de la musique, année 1878

BAZIN (François-Emmanuel-Joseph), compositeur français, né à Marseille le 4 septembre 1819, mort à Paris, le 2 juillet 1878. — Fils d'un chef de division de la préfecture des Bouches-du-Rhône, François Bazin entra en 1836 au Conservatoire de Paris et y remporta successivement les premiers prix d'harmonie et d'accompagnement pratique, et en 1840 le grand prix de Rome. C'est le seul compositeur dont la cantate de concours, Loyse de Mont fort, ait été représentée à l'Opéra, où elle fut donnée plusieurs fois de suite. En Italie, Bazin se consacra plus volontiers à la musique religieuse ; mais de retour à Paris, il se mit à écrire pour le théâtre et fit représenter à l'Opéra-Comiqne : le Trompette de Monsieur le Prince, le Malheur d'être jolie, la Saint-Sylvestre, Madelon, les Désespérés, Maître Pathelin, le Voyage en Chine, l'Ours et le Pacha. Plusieurs de ses ouvrages ont obtenu beaucoup de succès. Après avoir eu l'honneur d'être attaché, dès le début de sa carrière, comme professeur adjoint de la classe d'harmonie au Conservatoire, il ne tarda pas à en devenir définitivement professeur titulaire. Son enseignement était très apprécié par les artistes. II a été résumé par lui en un traité d'harmonie qui est un chef-d'œuvre de clarté, de science et de précision. C'est le professeur dont les élèves avaient le plus de succès aux concours de fin d'année. "Esprit calme, correct et concis, disait sur sa tombe encore ouverte M. Emile Jonas au nom de la société des auteurs et compositeurs dramatique, François Bazin avait l'intelligence trop haute pour ne pas suivre avec intérêt les efforts et les recherches de la nouvelle école musicale. Son style clair, facile, presque familier, donnait à ses ouvrages cette grâce aimable qui caractérisait l'ancien opéra-comique, dont il était resté un des plus fidèles représentants." François Bazin était membre de l'Institut et officier de la Légion d'honneur.

Edouard Noël et Edmond Stoulig

Note de la rédaction de Musica et Memoria : François, Emmanuel, Joseph Bazin, est né le 4 septembre 1876, au domicile de ses parents, 9 cours Julien. Son père, Joseph, Emilien, Bernard Bazin était alors "secrétaire au Commissariat général de police" de Marseille et sa mère, née Thérèse, Magdeleine Amyot, sans profession. Son grand-père paternel, Jean, Joseph, Pancrace Bazin avait été autrefois "vérificateur des Douanes royales". Célibataire, il est mort le 2 juillet 1876 à Paris, se trouvant alors chez Gaston Le Couppey, 47 rue Laffitte. Au conservatoire de Paris, il a été précisément professeur adjoint d'harmonie et accompagnement à partir de 1837, avant d'être titularisé comme professeur à compter du 1er janvier 1849, puis de prendre la classe de composition le 1er octobre 1871.


Cours d'harmonie de François Bazin
François Bazin, Cours d'harmonie
( Paris, Léon Escudier, coll. Max Méreaux ) DR

par Camille Le Senne (1914)
in Encyclopédie de la musique et Dictionnaire du Conservatoire
Fondé par Albert Lavignac (Paris, Librairie Delagrave, 1931)


Le 15 mai 1816, l'Opéra-Comique représentait un petit opéra-comique en un acte, le Trompette de M. le Prince, répété sous le titre de la Chambre, et dû à la collaboration de Mélesville et de François Bazin. Vingt-deux représentations dans l'année, avec le maintien de la pièce au répertoire pendant un assez long temps, marquèrent le favorable accueil fait au début du jeune compositeur. Lauréat de l'Institut, où il obtenait en 1839 le second prix, tandis que le premier était remporté par Charles Gounod, il avait mérité en 1840 la plus haute récompense, avait séjourné à Rome le temps réglementaire et revenait à Paris, plein d'une ambition légitime, que l'avenir devait satisfaire largement ; car il connut la fortune, le succès, les honneurs.

Cependant il ne fut qu'à moitié heureux en 1847. Le goût de l’époque ne poussait point l'art vers les complications musicales ; aussi on est surpris de voir reprocher à Bazin « la coquetterie pointue et maniérée de l'école actuelle » à propos de son opéra-comique représenté le 18 mai, le Malheur d'être jolie. Pour expliquer l'insuccès, il suffisait de s'en prendre à l'absurdité du livret. Le librettiste s'appelait Charles Desnoyers, alors secrétaire de l'administration du Théâtre-Français ; ce qui fit dire à un plaisant critique : « On voudrait que cette place lui donnât plus d'occupation! » Un autre ajouta : « Ce petit opéra... ne fera pas résonner longtemps, pour M. Bazin, la trompette de la renommée ; celle de M. le Prince aura pour lui plus de retentissement. » En effet, le Malheur d'être jolie, répété sous le nom d'Isolier, ne fut joué que cinq fois.

Madelon, qui s'appelait d'abord les Barreaux Verts, fut représentée le 26 mars 1852. Grâce à quelques coupures, Madelon, que personnifiait d'abord avec beaucoup de charme et d'entrain Mlle Lefebvre, remplacée peu après, pour cause de maladie, par Mlle Talmon, fut trouvée une cabaretière accorte, ayant le sourire aux lèvres et chantant de joyeux refrains ; on lui fit bon accueil, et la pièce, qu'on avait jouée 48 fois la première année, dura jusqu'en 1858, ou elle atteignit sa 76e et dernière représentation.

Une seule pièce de François Bazin s'est maintenue assez longtemps au répertoire : le Voyaye en Chine, joué en 1855 à l'Opéra-Comique. Il s'agit de l'entêtement féroce de deux Bretons dont l'un refuse sa fille à l'autre, qui l'attire sur son navire, lui fait croire qu'on est en route pour Pékin tandis qu'on navigue en vue de Cherbourg, et finalement lui arrache son consentement, comme rançon de délivrance, comme prix du retour à terre. Cette fantaisie, taillée quelque peu sur le modèle du Voyage à Dieppe, était pour Labiche et Delacour leur début de collaboration à l’Opéra-Comique. Dès le 5 mai, ils avaient lu aux artistes leur comédie, qui devait prendre rang après Fior d'Aliza. Victor Masset ayant tardé à livrer sa partition, le Voyage en Chine passa le premier et remporta dès le premier soir un éclatant succès. Le livret surtout réunit tous les suffrages : presse et public furent d'accord pour applaudir à la gaieté des situations et à l'esprit du dialogue. La musique ne déplut pas, si l'on en juge par le succès populaire qu'obtinrent les couplets des cailloux, la marche, le duo des Bretons : « La Chine est un pays charmant, » et le chœur du cidre de Normandie. Peut-être se montra-t-on moins sévère qu'on ne le serait aujourd'hui ; dans son compte rendu, pourtant, M. Auguste Durand qualifiait cette musique avec autant de justesse que d'esprit, en écrivant qu' « elle ne gênait aucunement la pièce ». Il laissait entendre ainsi que les mots l’emportaient sur les notes ; on en eut la preuve le jour où la partition parut chez Lemoine : par une exception flatteuse pour les librettistes, mais contraire aux usages, tout le texte parlé y avait été gravé!
Signature de François Bazin
Signature autographe de François Bazin apposée sur son Cours d'harmonie
( coll. Max Méreaux ) DR

Une grosse part de la réussite revint d'ailleurs aux interprètes, qui, dans cette pièce, se passant de nos jours, avec des costumes modernes, trouvèrent, tous, des rôles appropriés à leur talent. Du côté des femmes, Mmes Cico, Révilly et Camille Gontié, une débutante dont le rôle de Berthe était la première création ; du côté des hommes, Montaubry, toujours élégant chanteur ; Couderc, excellent et trop tôt remplacé par Potel, le 13 janvier, à la quatorzième représentation. Prilleux, notaire prud'hommesque qui vantait si plaisamment le mérite de ses filles, « deux bonnes natures» ; enfin Sainte-Foy, de qui MM. Yveling Rambaud et E. Coulon ont pu justement dire dans leurs Théâtres en robe de chambre : « il faut lui rendre cette justice que, dans ces derniers temps, il a laissé de côté les traditions de la vieille école comique à laquelle il appartient de cœur, pour chercher des effets à la manière de la génération nouvelle. L'Opéra-Comique sans Sainte-Foy est un dîner sans vin. » Quant à Ponchard, il avait dû céder le 9 janvier le rôle du jeune Fréval à cause de la mort de son père, le vieux Ponchard, décédé à Paris le 6 janvier, à l'âge de soixante-dix-neuf ans.

Interrompu seulement au mois de juin pendant le temps des vacances, le Voyaye en Chine reparut, le 20 octobre, avec sa distribution originelle, sauf Mlle Marie Roze, qui remplaçait Mlle Cico et fut elle-même remplacée, le 23, par Mlle Dupuy. Le souvenir de tous les artistes qui avaient concouru au succès de l’œuvre est d'ailleurs consigné dans le toast «poétique » que porta Prilleux dans le banquet offert par les auteurs à l'occasion de la centième représentation :

Romance de Maître Pathelin (couverture)
La Célèbre Romance de Maître Pathelin, devenue rapidement un classique de la chanson, était encore au répertoire dans les années 1930-1940 : Tino Rossi l'a enregistrée en 1936 sur disque 78 tours Columbia B.F. 29 avec l'orchestre de Marcel Cariven
( couverture partition coll. DHM ) DR

Audio lecteur Windows Media François Bazin, Romance extraite de l'opéra-comique Maître Pathelin (transcription pour violon et piano par Max Méreaux)
Fichier audio par Max Méreaux (DR)
Déjà plus de cent fois, à bord de la Pintade,
Nous avons cru voguer vers l'empire chinois ;
Plus de cent fois déjà, Sainte-Foy fut malade,
Et nous a jugés plus de cent fois.
Notre excellente camarade
Révilly répéta plus de cent fois déjà :
«Je n'avais jamais vu Auguste comme ça! »
Cico, Roze, Dupuy, trois charmantes Maries,
Ont été tour à tour, toutes trois, applaudies :
Et Couderc, puis Potel, chacun en vrai Breton,
Aux oui de Montaubry ripostèrent des non !...
Nous voilà tous rentrés sains et saufs dans le port;
Mais le repos sied mal à des âmes vaillantes,
Car de l'oisiveté les heures sont trop lentes,
Et je suis sûr que quelque jour
Nous nous retrouverons sur la plage à Cherbourg.
Oui, j'en conçois l’agréable présage,
Sur la Pintade encor, passagers, équipage,
S'embarqueront plus de cent fois.
En attendant, messieurs, je bois
A mes compagnons de voyage.


Les vœux du « poète » ne furent pas pleinement exaucés. L'ouvrage était «bien parti », malgré une indisposition de Montaubry, qui, pendant la seconde représentation, forçait d'interrompre le spectacle et de rendre l'argent, — un peu plus qu'on n'en avait reçu, comme il arrive toujours en pareil cas. Dès la quatrième, le Voyaye en Chine dépassait le chiffre de 2.000, et, les recettes se maintenant au beau fixe, on atteignait la centième le 9 décembre 1866, c'est-à-dire, presque jour pour jour, un an après. Mais à partir de ce moment, l’élan se ralentit ; en 1868 il s'arrêta brusquement. Une reprise organisée neuf ans après, en 1876, ne fournit que dix-sept soirées, et, après avoir obtenu 132 représentations à l'Opéra-Comique, l’œuvre de Bazin ne fut plus jouée qu'en province et au Château-d'Eau.


Cependant il serait injuste d'oublier que l'année 1856 finit à l'Opéra-Comique par le grand succès d'une petite pièce, Maître Pathelin, paroles de Leuven et Ferdinand Langlé, musique de Bazin (12 décembre). Tout le monde connaît la farce de Maître Pathelin, ce chef-d'œuvre de la scène française au moyen âge, et son adaptation pour la Comédie française par Brueys et Palaprat. Ce qu'on sait moins, c'est que l'aventure avait fourni déjà la matière d'un opéra-comique en deux actes, joué le 21 janvier 1792 au théâtre Montansier, l'Avocat Pathelin, paroles de Patrat, musique de Chartrain. L'ouvrage eut du succès, et pourtant ne fut pas imprimé ; peut-être les préoccupations politiques du moment contribuèrent-elles à cet oubli ; ce qu'il y a de certain, c'est que le souvenir en disparut à ce point que Fétis, dans sa Biographie, ne l'a pas mentionnée parmi les œuvres dramatiques de Chartrain, lequel cependant fut loin d'en écrire un grand nombre. Plus heureuse, la partition de Bazin fut jouée et gravée ; nul biographe ne l'oubliera, car elle compte parmi les plus gaies de son auteur, et elle se maintint pendant quatorze ans au répertoire de la salle Favart, où elle faillit même être reprise pour les débuts de M. Boyer, fournissant un total de 235 représentations. Maître Pathelin a reparu au théâtre du Château-d'Eau, mais, hélas! sans la distribution primitive; on n'avait retrouvé ni Couderc, qui dans le rôle de Pathelin atteignait la perfection, ni Berthelier, qui devait devenir un des plus célèbres comédiens de notre temps, et qui débutait alors sous les traits d'Aignelet, déjà plein de gaieté communicative, de verve malicieuse et de fantaisie originale.

Camille Le Senne
Président de l'Association de la critique dramatique et musicale


par Jules Combarieu (1919)
in Histoire de la musique des origines au début du XXe siècle
Tome III  (Paris, Librairie Armand Colin, n°743, 1919)


François BAZIN, né à Marseille en 1816 (mort en 1878), est aussi un élève d'Halévy (et de Berton), grand prix de composition en 1840 : musicien correct et facile, trop dépourvu de verve dans les petits sujets qu'il a traités. Sa Cantate de concours, Loyse de Montfort, exécutée à l’Opéra avec Mme Stolz dans le rô1e de Loyse, fit pressentir en lui, non sans raison, un musicien de l’école d'Auber. Son meilleur ouvrage est Maître Pathelin (1856), condensation en un seul acte par de Leuven et Ferd. Langlé de la farce célèbre qui avait déjà été traduite pour la Comédie-Française.

On peut signaler, dans Maître Pathelin, comme heureusement écrits, les couplets de l’avocat, ceux du berger Aignelet, le duo de bé, bé, la marche comique accompagnant, à la fin de l’acte, l’entrée du tribunal. Le trompette de M. le prince (1846), un acte, de Mèlesville, dont la scène est à Etampes au temps de la Fronde, contient, avec des couplets de table, un quintette et un trio assez bons. Dans le Malheur d'être jolie (1847), un acte de Ch. Desnoyers, dont l’action se passe sous Charles VII, il y a de jolis couplets archaïques — Adieu vous dis, mes amours — avec une assez poétique intervention des cors à l'orchestre. Il y a aussi un solo de cor (acte III) dans la Nuit de Saint-Sylvestre (1849), et quelques jolies pages, comme le chœur des gardes de nuit à la fin du ler acte, et le duo du duel (II). Madelon, 2 actes (1852), n'eut pas plus de succès que les Désespérés, un acte de Leuven et Jules Moineaux (1859) sur ce canevas étrange : deux individus, un lord anglais attaqué par le spleen, un joueur de serpent qui vient de perdre sa place à l’église, sont désespérés et se pendent ; une jeune fille, en gaulant des noix, les ramène à la vie, et leur fait promettre de ne plus recommencer! Bazin fut plus heureux avec le Voyage en Chine, opéra-comique en 3 actes de Labiche et Delacour (1865) : vaudeville employant de faciles moyens de provoquer le rire (bégaiement d'un prétendant qui, pour se guérir, se met des cailloux dans la bouche, et les avale dans un accès d’émotion, entêtement d'un Breton, un notaire ridicule...) ; musiquette d'opéra-bouffe dont le type est la valse et le chœur du 2e acte, dans le salon du Casino de Cherbourg.

Jules Combarieu (1859-1916)
Musicologue, Docteur ès lettres

Édouard BATISTE (1820-1876)

Edouard Batiste
Édouard Batiste
( Archives de la Manufacture d'orgues Casavant Frères, Ltd, numérisation Agnes Armstrong, Altamont, New York, avec son aimable autorisation )

Oncle maternel de Léo Delibes qu’il guida et conseilla lors de ses premières années parisiennes, célèbre organiste et professeur d’harmonie renommé, Edouard Batiste, délaissé de nos jours, a principalement écrit une musique pour orgue dans un style symphonique très en vogue à l’époque, utilisant parfaitement toutes les ressources et possibilités de l’orgue " moderne ". Récitaliste très populaire, il savait orner ses programmes de transcriptions de marches de Schubert, Chopin, Mendelssohn et même de fragments de symphonies de Beethoven. Ses improvisations étaient également remarquables, même si d’aucuns estiment que le répertoire utilisé, à l’image d’un Lefébure-Wély, faisant appel à des pièces imitatives telles que des " tempêtes " ou des pastorales ", était très éloigné de la liturgie et du cadre sacré !

Antoine-Edouard Batiste est né à Paris le 28 mars 1820. C’est son père Jean Batiste, baryton et compositeur de la Chapelle impériale de Napoléon Ier, puis chanteur de grande renommée à l’Opéra-Comique qui lui enseigne les premiers éléments de musique. Sa sœur Clémence (1808-1886), de 12 ans son aînée, future mère du compositeur Léo Delibes, est également musicienne. Elle joue fort bien du piano et n’hésite pas à donner quelques leçons à son tout jeune frère. Dès l’âge de 8 ans en 1828 Edouard Batiste est admis au Conservatoire de Paris comme Page de la Chapelle royale. Devenu plus tard professeur dans ce même établissement il ne le quittera plus jusqu'à sa mort. Il y fait d’ailleurs d’excellentes études auprès de Leborne et Bienaimé (solfège), Le Couppey et Dourlen (harmonie et accompagnement), Benoist (orgue), Cherubini et Halévy (composition), qui lui valent de nombreuses récompenses : 1er prix de solfège en 1833, 1er prix d’harmonie et accompagnement en 1837, 1er prix de contrepoint et fugue en 1839, 1er prix d’orgue la même année, et enfin un 1er second Prix de Rome en 1840 avec la cantate Loyse de Monfort, écrite sur des paroles d’Emile Deschamps et Emilien Pacini.

Dès 1836, encore étudiant au Conservatoire, il est engagé comme professeur, tout d’abord accompagnateur des classes de chant et de déclamation lyrique, et professeur adjoint de solfège (1836), puis professeur titulaire à partir de 1839. A ce titre il enseigne plusieurs matières : classe de chœurs pour hommes (1839), de chant simultané (1850), de solfège collectif (1852) et enfin d’harmonie et accompagnement pour les femmes (1872). Edouard Batiste est l’auteur d’une nouvelle édition des Solfèges du Conservatoire par Chérubini, Catel, Méhul, Gossec, Langlé... (Paris, Heugel, 1865-1869, 10 volumes), ainsi que d’une autre édition, également annotée par lui, et intitulée Leçons sur toutes les clefs et à changement de clefs, édition populaire sans accompagnement (Paris, Heugel, s.d., 80 p.), et d’un Petit solfège harmonique, ou Traité d’harmonie élémentaire, (Paris, Heugel, s.d.). Ses travaux et publications sur l’enseignement lui valent plusieurs médailles et resteront longtemps aux programmes des conservatoires nationaux et autres écoles de musique. Encore de nos jours les Editions Musicales Alphonse Leduc proposent à la vente son Petit solfège mélodique, théorique et pratique, comprenant 100 leçons mélodiques et progressives sans accompagnement, dont 90 en clé de sol 2e, et 10 en clé de fa 4e (HE 3213), ainsi que ses Leçons de solfège sur toutes les clés et à changements des clés (HE 6266).

S-Nicolas-des-Champs
Eglise Saint-Nicolas-des-Champs, façade du XVe siècle, tour campanaire de 32 mètres
( (in Saint-Nicolas-des-Champs, par l'Abbé Louis Le Rouzic, Editions Lescuyer, Lyon, 1948) )
L'orgue de St-Nicolas-des-Champs
Eglise Saint-Nicolas-des-Champs : grand orgue Clicquot 1773, dans buffet de 1571
( in Saint-Nicolas-des-Champs, par l'Abbé Louis Le Rouzic, Editions Lescuyer, Lyon, 1948 )

Parallèlement à ses activités pédagogiques, Edouard Batiste suit une brillante carrière d’organiste, tout d’abord à St-Nicoles-des-Champs, puis à St-Eustache. En 1842, il est en effet nommé à St-Nicolas, à la suite du départ de Paul Charreire pour la cathédrale St-Etienne de Limoges. Située rue St-Martin, en plein cœur de Paris dans le troisième arrondissement, cette église du XVe siècle bénéficie d’un grand orgue du facteur François-Henri Clicquot, installé en 1773 dans un buffet de 1571. Modifié par la suite par Dallery, Ducroquet et plus récemment (1930) par Victor Gonzalez, cet instrument est composé actuellement de 58 jeux, répartis sur 5 claviers de 56 notes et un pédalier de 32 notes.

Le 1er juillet 1854, Edouard Batiste quitte St-Nicolas pour St-Eustache, succédant là à Florimond Ronger, plus connu sous le nom de Hervé comme auteur d’opérettes frivoles! Il a d’ailleurs disputé cette place à César Franck , mais l’a emportée sans doute grâce à l’appui de l’Association des Artistes Musiciens du baron Taylor, dont il est membre. Cette institution, fondée en 1843 pour venir en aide aux musiciens et leur assurer une retraite minimum, organise de nombreux concerts dans la capitale qui attire un public important. L’église St-Eustache, également très ancienne (XVIe), est dotée alors d’un grand orgue qui vient tout juste d’être reconstruit par Ducroquet et inauguré le 1er mai 1854, à la suite de l’anéantissement dans l’incendie de 1844 de l’ancien orgue de l’abbaye Saint-Germain des Près remonté ici en 1802. A l’époque de Batiste, cet orgue de 68 jeux, répartis sur 4 claviers manuels et Pédale de 32 pieds, installé dans un buffet monumental dû à l’architecte Baltard, est considéré comme le meilleur spécimen de la facture d’orgue moderne et le plus bel instrument parisien. De nos jours, ce même buffet accueille à présent un orgue Van den Heuvel (1989) de 101 jeux (deux consoles de 5 claviers de 61 notes et un pédalier de 32 notes).


L'orgue de St-Eustache
Eglise Saint-Eustache : grand orgue reconstruit en 1877-79 par Joseph Merklin, dans un buffet de Baltard daté de 1854
( dessin )

A peine installé à St-Eustache, Edouard Batiste assiste le 30 avril 1855 à un événement considérable qui déplace les foules et auquel il participe d’ailleurs aux claviers de son orgue, Listz, pressenti par Berlioz, ne pouvant se déplacer de Weimar et Saint-Saëns ayant décliné l’invitation : la première, audition dans cette église, du Te Deum de Berlioz. L’organisation de ce concert, prévu pour l’ouverture de l’Exposition Universelle, est gigantesque : plus de 900 exécutants, dont 600 voix d’enfants ; les journaux de Paris et de province en font une publicité énorme ; l’église est archi-comble ! Berlioz écrit le soir même à Liszt : C’était colossal, babylonien, ninivite... Pas une faute, pas une indécision..., et plus tard il précisera que le Judex crederis, le finale de son Te Deumest sans aucun doute ce que j’ai produit de plus grandiose. Quelque temps plus tard, en 1862 à l'occasion de la fête de la translation des reliques de Saint Eustache, la " Société chorale du Conservatoire impérial de musique " que dirige Edouard Batiste, chante pour la première fois à l'église St-Eustache la Messe à 3 voix égales de François Bazin. Le succès de cette audition est si important que l'année suivante, le dimanche 2 août 1863 à dix heures, une seconde exécution est donnée dans cette même église, avec Batiste au grand orgue, et la participation de MM. Barbet, Fontange et Chevalier, qui chantent les solos, et de Louis Hurand, maître de chapelle de la paroisse, qui assure la direction.

Edouard Batiste restera titulaire du grand orgue de l'église St-Eustache jusqu'à sa mort arrivée le 9 novembre 1876 à Paris. C’est Henri Dallier, un autre lauréat du Prix de Rome, qui recueille sa succession.

Offertoire du Saint jour de Pâques
Offertoire du  Saint jour de Pâques
Offertoire du Saint jour de Pâques, composé pour l'orgue sur le chant de l'O Filii, par Edouard Batiste et dédicacé « A mon Ami LEFEBURE-WELY », couverture et première page.
( Paris, Richault R 4886, vers1855, collection Alain Vernet )


Edourd Batiste 50 nouvelles pièces d'orgue
Edourd Batiste 50 nouvelles pièces d'orgue: Graduel
Édouard Batiste, Audio lecteur Windows Media Graduel pour orgue, extrait de 50 Nouvelles Pièces d'orgue non difficiles, Élévations, Communions, Entrées de Processions, Versets, Préludes, Sorties, etc, pour les divers offices du Culte catholique,dédiées à Monsieur l'Abbé Scheltien, chanoine honoraire de Nancy, Curé de l'Église St Eustache, Paris, Richault et Cie Éditeurs, s.d. [ca 1870]
( coll. Max Méreaux. Fichier MIDI par Max Méreaux ) DR

On doit à Edouard Batiste un grand nombre d’œuvres pour orgue principalement publiées à Paris chez Richault, notamment une Communion en la majeur, op. 24 n° 2, un Offertoire-fantaisie-orage en ut mineur, op. 23 n° 6, un autre Offertoire du Saint Jour de Pâques (sur O Filii), op. 26... Sa musique d’orgue est en partie rééditée par les Editions Chanvrelin (Paris), sous le titre de " Pièces d’orgue ".
St-Eustache
Eglise Saint-Eustache (XVIe siècle).
(© cip, 1999 )
Ce recueil de 62 pages contient 9 pièces : Elévation (mi b majeur), 7 Offertoire (fa majeur, mi majeur, la mineur, mi b majeur, si mineur, la mineur, sol majeur) et une pièce sans titre (mi mineur). Pour le service religieux, il a également écrit des œuvres vocales bien oubliées de nos jours, parmi lesquelles un Ave Maria pour soprano, ténor ou basse, et un O Salutaris pour ténor ou soprano, tous deux édités dans les " Collections de la Maîtrise, publiées sous la direction et avec notes de MM. L. Niedermeyer et J. D’Ortigue " (Chant - Petite Maîtrise, 4e année), éditées à Paris, Au Ménestrel - Heugel et Cie. Le musicologue Pierre Guillot souligne que « la musique d'orgue d'Edouard Batiste offre, par son écriture essentiellement pianistique (gammes diatoniques et chromatiques montantes et descendantes, véloces, sur tout le clavier, octaves successives à l'une ou aux deux mains, arpèges très fréquents et vifs - voire incessants dans certaines pages - dans des tonalités peu aisées à l'orgue parce que les mouvements de mains ne sont pas aussi libres qu'au piano à cause du clavier supérieur [fa # majeur ou do # majeur par ex.], longs traits de pédalier, changements de claviers extrêmement rapides - l'Offertoire pour le jour de Pâques en est un bel exemple -) des difficultés importantes et nombreuses à vaincre (on est loin du "style lié" et statique propre à l'orgue et qui était alors pourtant prôné précisément pour freiner ce pianisme à l'orgue) qui peuvent décourager les organistes peu rompus à la technique pianistique, nonobstant la question esthétique qui est une autre affaire et non secondaire. »

Edouard Batiste, dont seule la musique d’orgue subsiste, a également composé des pièces pour piano et des mélodies. Il lui arrivait en effet souvent d’animer des soirées mondaines, très en vogue dans la haute bourgeoisie sous le Second Empire. Il n’était pas rare qu’il passât la nuit aux claviers de son piano, interprétant quelques romances et autres danses (Valses, Polkas, Mazurkas...)

Il est bien connu que nul n’est prophète dans son pays et l’œuvre pour orgue d’Edouard Batiste, si elle est quelque peu délaissée en France, est cependant toujours interprétée à l’étranger, notamment en Grande-Bretagne, en Italie et aux U .S.A. C’est ainsi que dernièrement l’organiste Willibald Guggenmos interprétait le 9 décembre 2000 à Sabato (Italie) ses Trois Elévations op. 5, lors du 3ème Festival International d’orgue ; que Riccardo Villani, organiste de Santa Maria del Rosario à Milan, jouait à Sabato également, le 1er septembre 2001, son Deuxième Offertoire; et que quelques jours plus tard, le 11 septembre, James Hammann, organiste, professeur d’orgue et d’histoire de la musique à l’Université de la Nouvelle-Orléans, donnait son Offertoire en la bémol, op. 23 n° 2, à la St.Michael’s Episcopal Church de Little Rock (Arkansas, U.S.A.).

La discographie d’Edouard Batiste est peu abondante et ne concerne que quelques pièces pour orgue. Mentionnons tout d’abord un enregistrement ancien chez Erato (33 tours) par Pierre Guillot, dans " L’orgue bourgeois sous le Second Empire : Lefébure-Wély, Batiste " : Offertoire de Ste-Cécile en ré majeur, op. 8 n° 2, Communion en la majeur, op. 24 n° 4, Elévation en la mineur, op. 19 n° 2, Offertoire en ut majeur, op. 24 n° 2, Offertoire-fantaisie-orage en ut mineur, op. 23 n° 6, Verset en ut majeur : musette op. 24 n°12. Ce même Offertoire-fantaisie-orage a été également enregistré en 1996 par Daniel Kern à l’orgue de la cathédrale de Tours (collection " La Route des Orgues ", Ligia Digital, Lidi 0104050-97). On trouve aussi deux CD de Christopher Herricks : l’un enregistré en 1992 à l’église St-Bartholomé de New-York, contenant notamment le Grand Offertoire en ré (Hypérion CDA66605, Organ Fireworks IV), l’autre enregistré en 1998 au Temple de Londres, avec l’Offertoire en sol majeur (Hypérion CDA67060, Organ Dreams 1), et un CD de l’organiste de la cathédrale Notre-Dame d’Anvers, Stanislas Deriemaeker, intitulé " Symphonic organ music from Belgium and France ", comportant, entre autres œuvres, l’Elévation en la bémol majeur, op. 23 (René Gailly International Production, CD 87 110).

Après avoir ajouté qu’Edouard Batiste était également membre (1873) de la " Commission pour l’examen de devis relatifs à la construction d’orgues d’églises " de la Ville de Paris, aux cotés de l’abbé Jourdan, vicaire général, Ballu et Bazin, membres de l’Institut, Davioud, inspecteur général d’architecture..., terminons cette esquisse biographique en rapportant ici les paroles prononcées par Ambroise Thomas, alors directeur du Conservatoire de Paris, lors du décès d’Edouard Batiste, publiées dans Le Journal de musique du 18 novembre 1876 :

 Elève distingué de Cherubini et d’Halévy, il reste un des plus purs représentants de cette noble et grande école d’harmonie qu’on appelle aujourd’hui classique, par opposition à une certaine école de contre-point romantique, qui semble marcher au chaos et n’a plus guère d’harmonie que le nom. Batiste laisse des modèles parfaits d’harmonie élégante, riche et colorée, ingénieuse, mais toujours rigoureusement pure dans plusieurs de ses ouvrages, notamment dans la réalisation des basses chiffrées des solfèges d’Italie, un travail délicat qui demandait, avec la connaissance de la tradition des grands compositeurs italiens du siècle passé, la main assurée d’un maître. 

Denis HAVARD DE LA MONTAGNE

Paru en 2004 : Édouard Batiste, 5 Pièces pour l'office et 2 grandes transcriptions de Beethoven (Allegretto de la 7° Symphonie et Final de la 9° Symphonie "Hymne à la joie"), par Yannick Merlin, préface de Pierre Guillot, Delatour France, DLT0480.

____________

1) On sait que Manet à la fin de sa vie, la maladie l'handicapant quelque peu pour réaliser de grandes oeuvres, se contentait de peindre des petites natures mortes ou des portraits au pastel des nombreuses femmes qui le visitaient. C'est ainsi qu'il immortalisa Emilie Ambre, mais également une autre comédienne Jeanne Marsy, des jeunes-filles du monde Suzette Lemaire et Isabelle Lemonnier, une commerçante de lingerie de luxe Mme Guillement, et deux femmes qui vivaient de leurs charmes : Irma Brunner et Valtesse de la Bigne. [ Retour ]

2) Né le 31 août 1786 à Angers, mort le 9 avril 1889 à Paris, Chevreul fut directeur de la Manufacture des Gobelins de 1824 à 1883, membre de l'Académie des Sciences (1826), professeur de chimie au Muséum d'histoire naturelle à compter de 1829, puis nommé directeur en 1864. On lui doit notamment une théorie des couleurs, l'analyse des corps gras et l'invention des bougies stéariques. [ Retour ]


1841

Aimé MAILLART (1817-1871)

Aimé Maillart (1817-1871)
( photo Pierre Petit )
1er couplet de l'air Ne parle pas, Rose, je t'en supplie..., extrait de l'opéra Les Dragons de Villars d'Aimé Maillart (1856). Ph. Maquet, éditeur à Paris.
( Coll. D.H.M. )

Louis-Aimé Maillart, né à Montpellier le 24 mars 1817, d’une famille de comédiens, a fait toutes ses études au Conservatoire de Paris à partir de 1833, dans les classes de Leborne, Halévy, Elwart, Reicha et Guérin pour le violon. Premier prix, avec Deldevez, de contrepoint et de fugue en 1838, puis Premier Grand Prix de Rome en 1841 pour sa cantate Lionel Foscari, il connut le succès le 15 novembre 1847 avec la création à l’Opéra de son opéra en trois actes Gastibelza ou le Fou de Tolède. Puis vinrent d’autres succès avec Le Moulin des tilleuls, en un acte, donné à l’Opéra-Comique, le 9 novembre 1849, La Croix de Marie, en trois actes, jouée dans le même théâtre en 1852 et surtout l’opéra Les Dragons de Villars, en trois actes, sur des paroles de Lockroy et Cormon (Théâtre Lyrique, 19 septembre 1856) qui fut son plus grand succès lyrique et fit longtemps partie du répertoire des théâtres français. Cette œuvre fut programmée en Belgique, Espagne, Allemagne, Angleterre et même en Pologne. Plusieurs mélodies charmantes de cet opéra sont restées longtemps dans toutes les mémoires : Espoir charmant; Ne parle pas, Rose; Oui, c’est moi qu’il a choisie... Les Pêcheurs de Catane, drame lyrique en trois actes, écrit sur un livret de MM. Cormon et Carré, donné en première audition au Théâtre-Lyrique le 14 décembre 1850, au cours de laquelle Melle Baretti et M. Peschard firent leurs débuts, et l'opéra Lara, en trois actes (1864), furent également bien accueillis par le public et la critique. On lui doit aussi plusieurs cantates et des œuvres sacrées.

Décoré de la légion d’Honneur en août 1860, fuyant Paris devant l’invasion allemande, Aimé Maillart est mort à Moulins (Allier), le 26 mai 1871.

Louis Bethléem dans son livre " Les opéras, les opéras-comiques et les opérettes "1 dit qu’Aimé Maillart " maladif et dépourvu d’ambition... travaillait peu. Inégal et fougueux, mais dramatique et inspiré, il avait quelques analogies avec Verdi. Ses élans de passion intense, ses sursauts un peu désordonnés et un profond sentiment mélodique, semblaient pourtant l’appeler à la scène lyrique. "

Denis HAVARD DE LA MONTAGNE

Signature d'Aimé Maillart
Signature autographe (1865) DR

___________________________

1) Paris, Editions de la « Revue des lectures », 1926. [ Retour ]


Benoît Mozin
Théodore Mozin, par Etex
Benoit Mozin, portrait par Leprince, 1823
( coll. famille Piet  )
Théodore Mozin peint en 1843 par Antoine Etex (1808-1888)
( coll. famille Piet  )
Théodore MOZIN (1818-1850)

La courte vie de ce musicien ne lui a pas laissé le temps de marquer de son empreinte la musique française de cette première moitié du dix-neuvième siècle en pleine période romantique. 1818 : Victor Hugo termine ses études au lycée Louis-le-Grand, Beethoven achève sa Sonate pour le piano-forte op. 106 et Lamartine termine sa tragédie Saül ; 1850 voit paraître l’édition originale des Mémoires d’outre-tombe de Chateaubriand, mourir Balzac le 19 août et Berlioz composer La Menace des Francs, pour double-choeur et orchestre... On sait peu de choses sur Mozin, les archives sont avares de renseignements à son sujet ! Heureusement ses traits ont été à tout jamais fixés sur une estampe réalisée peu de temps avant sa mort et conservée dans le fonds du Conservatoire. Voici cependant des détails qui permettront de mieux situer le personnage dans le contexte de l’époque.

Né à Paris (9e ancien) le 25 janvier 1818, Désiré Théodore Mozin bénéficia dès sa plus tendre enfance de l’enseignement de son père Benoît, membre de la Société Académique des Enfants d'Apollon, qui, après avoir effectué des études musicales sous la direction de Gossec jusqu’en 1787, se livrait à Paris à l’enseignement du piano pour lequel il composa bon nombre de pages. Celui-ci, dit « Mozin jeune » (Paris, 21 mars 1769 – Sèvres, 1er décembre 1857) avait autrefois professé le piano au Conservatoire de Paris dès son ouverture en 1795 jusqu'en 1802, avant de se livrer à l’enseignement privé. On raconte à son propos que, passionné par le jeu, Mozin jeune « gagnait beaucoup d’argent par ses leçons [...] et dissipait en un instant à la roulette ce qu’il avait amassé par son travail, puis recommençait de nouvelles économies pour les soumettre aux mêmes chances du hasard ! » (Fétis). Son oncle, André-Pierre Mozin, également musicien de métier, avait aussi enseigné le piano au Conservatoire de Paris, de 1795 à 1800.

Théodore Mozin alla parfaire son éducation musicale au Conservatoire de Paris à l’époque où Charles Gounod, né la même année que lui (17 juin), le fréquentait également : Halévy y enseignait le contrepoint, Paër et Lesueur la composition. Premier prix d’harmonie et accompagnement en 1836 (classe de Dourlen), de piano en 1837 (classe de Zimmerman), de contrepoint et fugue en 1839, il avait également obtenu cette même année 2ème prix d’orgue dans la classe de Benoist. En 1841, après avoir suivi les classes d’Halévy et de Berton, Mozin se présenta au Concours de composition musicale de l’Institut et décrochait un second Premier Grand Prix. Le sujet imposé cette année était Lionel Foscari, un poème du marquis de Pastoret.

Le 27 février 1837 Mozin était nommé professeur adjoint d’étude du clavier au Conservatoire de Paris, tout en y poursuivant ses études. Le 1er octobre 1848, Cherubini, alors directeur de cet établissement, le nommait professeur de solfège. Mozin habitait à cette époque au numéro 15 de la rue de la Grange-Batelière1, dans le neuvième arrondissement, là même où était casernée en 1775 la compagnie-colonelle des Gardes suisses. Peu de temps après, le 16 novembre 1850, Théodore Mozin s’éteignait en son domicile parisien, tout juste âgé de 32 ans et laissant une veuve, Marie-Rose Fossé, originaire d'Allonville (Somme) et épousée le 18 février 1843 à Paris (12e ancien), qui lui survivra près d’un demi-siècle jusqu’au 12 juillet 1895! Quant à son père, Benoît Mozin, il lui survivra encore durant 7 ans, avant de s'éteindre à l'âge de 88 ans.

Selon Fétis, on doit à cet artiste de nombreuses pages pour le piano, parmi lesquelles Variations brillantes sur un thème original op. 2 (Lemoine), Premier Prélude op. 10 (Lemoine), Six Fantaisies sur « la Sirène » op. 11 (Brandus.), Valses élégantes et brillantes op. 15 (Lemoine), Etudes spéciales op. 16 (Lemoine), Etudes de salon op. 17 (Lemoine).

Théodore Mozin était le frère du peintre paysagiste Charles Mozin (1806-1862), auquel on doit notamment Le Boulevard des Italiens qui nous donne la physionomie exacte de Paris au lendemain de la Restauration, ainsi que plusieurs autres toiles immortalisant à partir de 1825 le port de Trouville-sur-Mer. Le petit-fils de ce dernier, Charles Théodore Malherbe (1853-1911), fit à son tour une carrière musicale : compositeur, rédacteur en chef du « Ménestrel » et bibliothécaire de l’Opéra de Paris (1899-1911).

Notre lauréat du Prix de Rome n'a pas laissé de descendance, ayant eu le malheur de perdre ses deux fils dans leur plus jeune âge : tous deux prénommés Charles, nés en 1848 et en 1850, ils décédèrent le premier à l'âge de 14 mois en 1849, le second à 7 mois, en 1851.

Denis Havard de la Montagne2
(2004-2014)

1 Nous remercions M. Bertrand Malaud de nous avoir signalé ce détail.

2 Nos vifs remerciements à MM. Jean Catherine (Montpellier) et François Piet (descendant du peintre Charles Mozin), pour leurs actives participations en ce qui concerne les renseignements d'état-civil et familiaux mentionnés ici.

Alexis de GARAUDÉ (fils, 1821-1854)

Brillant premier prix du Conservatoire de Paris à l’âge de 11 ans, lauréat du Prix de Rome de composition musicale à 18 ans, accompagnateur à la Société des Concerts du Conservatoire et à l’Opéra-Comique, organiste, compositeur, Alexis de Garaudé, dont Fétis disait qu’il " possédait un des plus beaux talents qu’on ait connu pour l’accompagnement ", n’a cependant pas eu le temps d’écrire de grandes œuvres la mort l’ayant ravi à l’âge de 32 ans. Curieusement d’ailleurs, les deux Second Grand Prix de Rome de l’année 1841, Théodore Mozin et Alexis de Garaudé moururent tous deux prématurément au même âge ! Cependant, le nom de Garaudé est encore largement connu de nos jours par les élèves de musique, notamment par son Solfège des enfants à une voix qui figure toujours dans les catalogues des éditions Leduc (AL 14281) et Billaudot (GB 5609), mais l’auteur de cet opus 27 est son père.
Alexis de Garaudé père
Alexis de Garaudé père (1779-1852), auteur de nombreux solfèges fort connus
( portrait par Pierre Roch Vigneron, BNF Richelieu )
Prénommé également Alexis, il arrive souvent que les deux soient confondus, quoique la carrière artistique du père fut beaucoup plus longue, celui-ci étant décédé à l’âge de 73 ans. Choron et Fayolle, dans leur " Dictionnaire historique des musiciens, artistes et amateurs, morts ou vivans [sic] qui se sont illustrés en une partie quelconque de la musique et des arts qui y sont relatifs " (Paris, 1810), nous apprennent qu’Alexis Garaudé père, né le 21 février 1779 à Nancy, où son père remplissait une charge au Parlement, s’était vu contraint " par la suite de la révolution, de tirer parti d’un art qui n’était entré dans son éducation que comme objet d’agrément. " C’est ainsi qu’il vint à Paris, entra au Conservatoire qui venait d’ouvrir ses portes et prit des leçons de chant auprès de Crescentini et de Garat, et d’harmonie auprès de Cambini et de Reicha. Il fit parti, en qualité de chanteur, du personnel de la Chapelle impériale puis royale (1808-1830) et enseigna au Conservatoire de Paris la vocalisation à partir de 1816 et le chant en 1835 avant de prendre sa retraite le 1er avril 1839. Il est l’auteur de pages pour piano, de musique de chambre, de nombreuses mélodies (près de 200 publiées par ses soins ou par Imbault à Paris), de pièces religieuses, dont une Messe solennelle à 3 voix, d’un opéra La Lyre enchantée et surtout d’un grand nombre d’ouvrages pédagogiques, dont certains sont encore utilisés de nos jours. Parmi ceux-ci, on relève une Méthode de chant (Paris, l’Auteur, 1809) totalement refondue et augmentée par la suite (1825), une Petite Méthode de chant dédiée aux Dames. A l’usage de la Maison royale établie à St Denis pour l’éducation des filles des membres de la Légion d’honneur (Paris, Au bureau du Journal d’Euterpe, s.d. [ca 1820]), Soixante solfèges progressifs à deux voix égales, avec accompagnement de piano ou harpe, ou nouveau cours de lecture musicale précédé de principes de musique par demandes et réponses (Paris, chez l’Auteur, rue Vivienne, rotonde Colbert, escalier E, 25 décembre 1831), L’Harmonie rendue facile ou théorie pratique de cette science (Paris, l’Auteur, 1835), une Méthode complète de piano (Paris, l’Auteur, 1840). Peu de temps avant sa mort, arrivée à Paris le 23 mars 1852, il avait effectué un voyage en Espagne qui lui inspira un ouvrage intitulé L’Espagne en 1851, ou impression de voyage d’un touriste dans les diverses provinces de ce royaume (Paris, E. Dentu, 1852, in-8°, 256 pages).

Parmi ses nombreux élèves que Garaudé père forma au Conservatoire de Paris et dans son Ecole de chant français et italien de la rue des Petits-Champs puis de la rue de Marivaux,se trouve une demoiselle Clotilde Colombelle qu’il dirigea durant 7 ans. Née à Paris le 26 mars 1804, elle entra au Conservatoire de cette ville où elle obtint un 1er prix de solfège en 1818 et un 2e prix de chant l’année suivante. Elle débuta ensuite, avec succès, une carrière en Italie sous le nom de Mlle Coreldi, au Théâtre Saint-Charles de Naples puis à la Scala de Milan où elle fut engagée comme prima donna, mais elle mourut à Milan dans sa vingt-deuxième année le 5 février 1826. Dans une lettre du 10 mai 1831, son professeur de chant écrivait :

Enseignement musical, sous la Restauration
Cours de chant dans une classe d'école sous la Restauration. Dessin ornant la couverture d'un ouvrage de solfège de Garaudé père intitulé : Enseignement mutuel et populaire de la musique dans les classes nombreuses des collèges, écoles primaires, normales et communales, pensionnats, &a, contenant 285 solfèges à 1,2 ou 3 voix, et 50 choeurs à 2,3 ou 4 voix, dont 42 choeurs (Paroles et Musique d'Alexis de Garaudé) et 8 choeurs d'Église pour Messes, Saluts et Messes de Requiem, par Alexis de Garaudé, Membre des Conservatoires de France et d'Italie et de plusieurs Académies Royales des Sciences et Belles-Lettres, &a.
( s.d. [ca 1820], BNF Richelieu )

" ...c’est en 1817 (elle avait alors 14 ans) que j’ai commencé à poser sa voix et à la développer avec les plus grands ménagements par tous les exercices préparatoires de l’école de Crescentini, dont je m’honore d’avoir suivi les conseils. L’étude de beaucoup de cantabiles expressifs, genre dans lequel elle excellait particulièrement, a précédé celle qui fait acquérir l’agilité. Je lui ai enseigné progressivement les principaux airs et duos du répertoire français et italien, ainsi que ses rôles, en Italie, où elle n’a cessé de recevoir mes conseils que lors de la maladie qui la fit périr à vingt-deux ans, en 1826, en excitant les plus vifs regrets des Milanais, qui lui firent des funérailles d’une pompe extraordinaire. J’ajouterai qu’elle débuta au théâtre San Carlo, à Naples, deux mois après son départ de Paris, par le rôle de Cenerentola, qu’elle n’avait jamais étudié, et qu’elle joua ainsi à l’improviste avec le plus éclatant succès. D’ailleurs Naples manquait alors de maîtres de chant, même du troisième ordre, et il est plus que notoire que j’ai seul dirigé sa carrière théâtrale, qui fut, hélas ! trop courte pour sa fortune et pour ma réputation ! "

Alexis de Garaudé père non seulement mena au succès sa jeune et brillante élève, disparue si précocement, mais fut également le père naturel de ses deux fils. Le puîné, Charles Gabriel Sylvestre Colombelle, naquit à Paris le 6 janvier 1823. Entré au Conservatoire, il obtint un 1er prix de solfège en 1836 à l’âge de 13 ans, mais sa destinée nous est inconnue. L’aîné, Alexis Albert Gauthier Colombelle, né à Choisy-le-Roi (Val-de-Marne) le 27 octobre 1821, se fera appeler du nom de son père. Il effectuera plus tard, le 21 décembre 1844, une demande de changement de nom afin de porter officiellement le patronyme de " de Garaudé ". Tout comme sa mère, il eut un destin tragique.

Alexis de Garaudé fils reçut ses premières leçons de musique de la part de ses père et mère, puis entra au Conservatoire de Paris en avril 1829. Il n’avait pas encore atteint ses 8 ans. Il fit dans cet établissement, où son père enseignait, de longues études musicales durant 12 ans, couronnées par les 1er prix de solfège (1833) dans la classe d’Alexandre Goblin, de contrepoint et fugue (1837) dans la classe de Fétis, et d’orgue (1838) dans la classe de François Benoist. Elève de Fromental Halévy pour la composition, il remporta en 1840 une mention honorable au Concours de Rome avec la cantate Loyse de Montfort sur un poème d’Emile Deschamps, et en 1841 un deuxième Second Grand Prix avec la cantate Lionel Foscari sur un poème du Marquis de Pastoret. Cette même année, en compagnie d’autres organistes les plus en vue de Paris (Léfébure-Wély, Fessy, Séjan, Boély, Miné...), il est désigné par la Commission de réception du grand orgue de 32 pieds construit par MM. Cavaillé-Coll père et fils dans l’église royale de Saint-Denis, pour visiter l’instrument et le faire entendre les 21 et 23 septembre. Accompagnateur à l’Opéra-Comique et à la Société des Concerts du Conservatoire où il avait été admis comme sociétaire le 20 mai 1849, il mourut à Paris, le 6 août 1854 à l’âge de 32 ans. Habile musicien, on lui doit quelques pièces pour piano et surtout des transcriptions d’oeuvres d’Halévy et de Meyerbeer, notamment de ce dernier La Marche du sacre du Prophète, arrangée pour piano par A. de Garaudé (Paris, Brandus, s.d.).

Denis Havard de la Montagne


1842

Alexis ROGER (1814-1846)

Voilà encore un artiste emporté par la maladie à l’âge de 32 ans, dont la destinée qui s’annonçait brillante a été brutalement interrompue. Ses ouvrages sont inconnus et son nom même est ignoré des biographes! Seul Fétis dans sa Biographie universelle des musiciens, écrite à partir de 1837 et rééditée par la suite, nous livre quelques détails empêchant ainsi ce Premier Grand Prix de Rome de composition musicale de rejoindre à tout jamais la cohorte des anonymes. Lors de sa mort prématurée, Raoul Rochette, Secrétaire perpétuel de l’Académie des Beaux-Arts, après avoir souligné les qualités artistiques du musicien, s’exprimait en ces termes : " L’Ecole de Rome a perdu M. Roger, qui était arrivé à la quatrième année de sa pension, et qu’une maladie de poitrine a conduit lentement au tombeau, malgré les soins de sa famille, qui du moins l’ont entouré dans ses derniers moment. "

Originaire de la Mayenne, où il était né le 11 juin 1814 à Château-Gontier, on peut croire qu’Alexis-André Roger subit dans cette ville l’heureuse influence de Jules Parisot. Organiste de l’église St-Jean à partir de 1821, et maître de musique du collège, celui-ci créa en effet à Mayenne un important foyer musical duquel sortirent de bons élèves. Quoi qu’il en soit son niveau était suffisamment élevé pour être admis dès l’âge de 14 ans au Conservatoire national supérieur de musique de Paris en août 1828. Il intégrait la classe d’harmonie de Dourlen, avant de rejoindre celle de contrepoint de Reicha (1830), ainsi que celle de piano de Zimmermann (1831) et d’orgue de Benoist (1831). Ses camarades avaient pour noms Marmontel, Boieldieu fils, Macé, Danjou, Alkan aîné... Un second prix d’accompagnement lui fut décerné en 1832 et un second prix de fugue en 1834. Elève de composition de Lesueur, puis de Paër, il se présentait au Concours de Rome en 1838 mais le sujet imposé, La Vendetta, sur une poésie du comte de Pastoret, ne lui porta pas chance et il n’obtenait cette année-là qu’une mention honorable. Sa santé précaire le retarda dans ses études qu’il dut parfois même interrompre quelque temps. Devenu l’élève de Lesueur, Paër étant décédé en 1839, Alexis Roger se présentait à nouveau au Concours de l’Institut en 1842 et remportait cette fois-ci le Grand Prix, devant Victor Massé, avec sa cantate La Reine flore. Il partit alors pour la Villa Médicis où il arriva le 2 janvier 1843. A cette époque le voyage en diligence prenait plusieurs jours mais permettait aux nouveaux pensionnaires de découvrir avant leur arrivée dans la Ville éternelle de nombreux sites propices à la méditation artistique. Ils empruntaient généralement l’itinéraire suivant : Paris, Lyon, Avignon, Arles, Marseille, Monaco, Gênes, Pise, Sienne, Rome... Tout comme les autres pensionnaires du Gouvernement, il séjournait ensuite à Vienne puis en Allemagne, à l’issue de ses deux années passées à la Villa Médicis et alors qu’il achevait ce long périple de quatre années passées loin de chez lui, Atropos le prit. C’était en 1846, on donnait cette année là en première audition à la Salle Favart La Damnation de Faust sous la direction de Berlioz lui-même.

Si comme nous l’avons dit précédemment les ouvrages d’Alexis Roger sont méconnus et probablement conservés dans quelque bibliothèque poussiéreuse, on sait cependant qu’il est l’auteur d’une Grande méthode de violon publiée en 1830 à Paris, chez la veuve Joly, éditeur de musique, 23 Quai Conti.

Denis HAVARD DE LA MONTAGNE

Eugène GAUTIER


1843

Pas de premier prix

Henri DUVERNOY (1820–1906)

Henry Duvernoy
Henri Duvernois en 1852
( portrait de Marie Alexandre Alophe, 1852, BNF Richelieu )

Pianiste, organiste, compositeur, professeur de solfège puis d’harmonie au Conservatoire de Paris, Henri Duvernoy appartient à une vieille famille protestante de Montbéliard (Doubs), où elle est attestée dès le XVIIe siècle avec Joseph Jérémie Duvernoy, né vers 1670, apothicaire. L’un de ses descendants, Aleksandr Lvovitch Duvernoy (1839-1886) enseignera à l’université de Moscou. Une autre branche s’alliera avec la famille des industriels Peugeot par le mariage de Louise Duvernoy avec Jules Peugeot, le fondateur avec son frère Emile de la célèbre société " Peugeot Frères " en 1857. Une autre branche, celle qui nous intéresse, issue de Charles Frédéric Duvernoy, gantier et bourgeois de Montbéliard aux XVIIIe siècle, donna naissance à toute une dynastie de musiciens parisiens avec ses deux fils Frédéric et Charles. Le premier (1765-1838), corniste émérite, enseigna son instrument au Conservatoire de Paris, fut cor solo à l’orchestre de l’Opéra de Paris et à celui de la Chapelle impériale et est l’auteur d’une Méthode pour cor mixte. Le second (1766-1845) est le père d’Henri. Clarinettiste, tout comme son frère il quitta Montbéliard pour Paris au moment de la Révolution pour entrer dans la musique de la Garde nationale (1790). Egalement professeur au Conservatoire de Paris, il joua dans l’orchestre du Théâtre Feydeau durant 25 ans. Il a laissé 2 Sonates pour clarinette avec accompagnement de basse et des airs variés.

Né le 16 novembre 1820 à Paris, Henri Louis Charles Duvernoy entrait au Conservatoire de cette ville en octobre 1829, à l’âge de 9 ans. C’est là qu’il fit toutes ses études musicales durant quatorze années. Elève d’Aimé Leborne, Pierre Zimmermann, Victor Dourlen, Fromental Halévy et François Benoist, il remporta cinq premiers prix : solfège (1833), piano (1838), harmonie (1939), contrepoint et fugue (1841) et orgue (1842). L’année suivante, il se présentait au Concours de Rome avec la cantate Le Chevalier enchanté du Marquis de Pastoret qui lui valut un premier Second Grand Prix. Le jury particulièrement sévère cette année ne décerna aucun Premier Grand Prix, récompensant uniquement l’œuvre de Duvernoy et celle d'Alexandre Marchand !

Mousse de Champagne, par Henri Duvernoy
Pièce pour piano Mousse de Champagne, rondoletto brillant, par Henri Duvernoy, dédiée "A mon jeune ami Gabriel Grovlez" [1879-1944, futur chef d'orchestre à l'Opéra de Paris et à celui de Chicago]
( "Piano-Soleil", supplément musical du "Soleil du dimanche", 23 août 1891, coll. D.H.M. )

Professeur adjoint de solfège au Conservatoire de Paris à partir de novembre 1839, il fut nommé titulaire d’une classe en octobre 1848 puis enseigna l’harmonie à compter de novembre 1878, avant de prendre sa retraite deux années plus tard, à la fin de l’année 1880. Fétis nous indique que " dans cette position, il a eu pour élèves un grand nombre d’artistes qui depuis lors se sont distingués comme chanteurs et comme instrumentistes. " Le journal " La France musicale " du 19 juillet 1863 soulignait déjà la qualité de son enseignement et de deux de ses ouvrages : 25 Leçons de solfège à changements de clefs (Paris, L’auteur, 1857), qui sera adopté par le Conservatoire de Paris, ses succursales de Toulouse, Marseille, Metz et Lille, ainsi que par les Conservatoires de Bruxelles et de Liège, et Solfège artistique avec accompagnement de piano, divisée en 2 parties (Paris, L’auteur, 1860) :

"  M. Henri Duvernoy, l’un des professeurs les plus distingués du Conservatoire, auteur d’un solfège à changements de clefs et d’un solfège artistique, récemment couronnés par l’Académie des Beaux-Arts de l’Institut de France, vient d’obtenir un beau et légitime succès. Sur cinq élèves présentés au concours de solfège du Conservatoire, qui a eu lieu le mercredi 15 juillet courant, deux des concurrents, MM. Bonnange et Forestier, ont obtenu la 1re médaille (le premier à l’unanimité) ; le jeune Souplet, âgé de dix ans à peine, a mérité la première des secondes médailles, et MM. Rauch et Singer ont eu chacun une 3e médaille. "

Ce même journal notait dans son édition du 18 juillet 1869:

" M. Henri Duvernoy, l’un des professeurs les plus distingués et les plus consciencieux de notre Conservatoire, vient d’obtenir, au concours du 15 juillet courant, un nouveau succès dans la personne de ses élèves, succès parfaitement justifié, qui témoigne de l’excellence de son enseignement et des heureux fruits que l’on doit recueillir de l’étude sérieuse et approfondie de ses remarquables ouvrages didactiques. Sur quatre élèves présentés au concours par cet habile professeur, et qui, pour la première fois, prenaient part à cette difficile épreuve, trois d’entre eux ont mérité des récompenses. Une seconde médaille a été décernée à l’élève Chizalet, deux fois lauréat du Conservatoire de Toulouse, et qui possède une très bonne organisation musicale. Quant à MM. Willemotte et Cros, qui, bien que très jeunes encore, ont prouvé qu’ils étaient des lecteurs intelligents et exercés, ils ont obtenu chacun une troisième médaille, vaillamment disputée à des concurrents nombreux, comptant déjà plusieurs années de classes. Le chiffre des concurrents était de 37. "

On doit encore à Duvernoy d’autres ouvrages didactiques : 400 Dictées musicales, divisées en 2 volumes (Benoit, s.d.), 600 Dictées musicales, divisées en 3 volumes (L’auteur, 1882-1883), Ecole concertante de solfège, 20 études de style et de perfectionnement pour 2 voix égales, sans accompagnement, à l’usage des Conservatoires, des écoles de musique et des orphéons (Benoit, s.d.), Leçons manuscrites de solfège, 1er et 2e livres (Leduc, 1906-1907), Solfège progressif, sans accompagnement (C. Alard, s.d.), 15 Vocalises pour voix de soprano ou ténor. Ces ouvrages de grande qualité valurent à son auteur d’être nommé Officier d’Académie (1875), de l’Instruction publique (1881) et chevalier de l’ordre de Léopold (Belgique). En 1870, il fut chargé par le directeur du Conservatoire de Paris, Auber, d’établir un rapport sur l’enseignement du solfège dans cet établissement à la Commission de révision des études de l’Académie des Beaux-Arts et le 29 janvier 1872 il était nommé membre du comité d’examen de piano.

Parallèlement à ses activités pédagogiques auxquelles il consacra 41 années de sa vie, Henri Duvernoy, 1er prix d’orgue dans la classe de Benoist, assuma des fonctions d’organiste. Tout d’abord au temple des Billettes de la rue des Archives à partir de 1849, il touchait dans cette église luthérienne l’ancien orgue Cavaillé-Coll de l’église Saint-Roch qui avait été installé là en 1842, inauguré la même année par Sigismund Neukomm. Cet instrument, remplacé en 1982 par un Mülheisen, fut transporté ensuite (1988) dans la chapelle des catéchismes de la basilique Sainte-Clotilde. Quelques années plus tard, Henri Duvernoy fut nommé au temple de la Rédemption, rue Chauchat. Seconde église, après celle des Billettes, attribuée en 1841 au consistoire de l’Eglise évangélique luthérienne de Paris, elle avait été construite en 1842 sur un ancien entrepôt des Douanes et bénéficiait d’un orgue Cavaillé-Coll. Enfin, en 1858 il passa au temple de Penthemont situé rue de Grenelle dans le septième arrondissement. Ancienne église du couvent des Bernardines avant la Révolution, elle avait été ouverte au culte réformé en 1846 et un orgue neuf d’Aristide Cavaillé-Coll y avait été construit. Henri Duvernoy joua sur cet instrument de 21 jeux, répartis sur 2 claviers et un pédalier, durant plusieurs décennies. Aux Billettes, il avait succédé à son oncle Georges Kuhn qui avait été nommé à ce poste d’organiste au début des années 1830. Né le 26 novembre 1789 à Montbéliard où il est mort le 26 septembre 1858, ancien élève de Catel et de Cherubini au Conservatoire de Paris, il avait enseigné le solfège et le chant dans cet établissement entre 1822 et 1848 puis était retourné à Montbéliard laissant ses claviers à son neveu. Il est l’auteur d’un Solfège des chanteurs avec accompagnement de piano ou Méthode analytique de musique en trois parties (L’auteur, 1851), d’un Te Deum des églises évangéliques (1847), de choeurs et de romances. En 1846, Henri Duvernoy et son oncle Georges Khun furent chargés par le consistoire de Montbéliard de réformer le chant des psaumes et des cantiques à l’usage des temples du culte évangélique de France, ce qui aboutit à la publication d’un Nouveau choix de psaumes et de cantiques harmonisés à quatre voix, et composées en partie par MM. Kuhn et Henri Duvernoy (Paris, 1848, 2 volumes).

En dehors de ses publications pédagogiques et de son travail sur la liturgie protestante, Henri Duvernoy a beaucoup composé pour le piano. On lui doit en effet plus d’une centaine de pages pour cet instrument, ainsi que de nombreuses mélodies. Il est décédé à Paris dans les derniers jours de janvier 1906.

Deux frères d’Henri Duvernoy firent également carrière dans la musique : Charles (1796-1872), ténor à l’Opéra-Comique, enseigna le chant au Conservatoire de Paris (1841) ; Frédéric (1800-1874), élève de cor de Dauprat dans ce même Conservatoire, fit partie de l’orchestre du Théâtre-Italien et de celui de l’Opéra. Deux fils de Charles devinrent à leur tour d’éminents musiciens : Alphonse (1842-1907), pianiste et compositeur, élève de Bazin et de Marmontel au Conservatoire de Paris, enseigna le piano (classe des femmes) dans cet établissement à partir de 1886 ; Edmond (1844-après 1904), marié à une demoiselle Franck de l’Opéra-Comique où il se produisait comme baryton, enseigna quant à lui le chant au Conservatoire de Paris à compter de 1887.

Denis Havard de la Montagne

Alexandre Marchand : Le Bonheur
Mélodie Le Bonheur, paroles de François Fertiault, musique d'Alexandre Marchand
Paris chantant, Lavigne éditeur, 1845 ) DR
Alexandre MARCHAND (1819- )

Voici un lauréat du Prix de Rome curieusement oublié de la plupart des biographes, chercheurs et autres musicologues. Pierre Constant, lauréat de l’Institut, dans son irremplaçable et remarquable étude sur Le Conservatoire national de musique et de déclamation (Paris, Imprimerie nationale, 1900), dans laquelle il dresse notamment la liste de tous les lauréats de ce prix des origines (1803) à 1900, le passe sous silence. Et pourtant, son prédécesseur Théodore de Lassabathie, dans son Histoire du Conservatoire impérial de musique et de déclamation (Paris, Michel Lévy Frères, 1860) le mentionne bien ! Serait-ce le simple fait que l’intéressé, rare exception parmi tous les récipiendaires, ne soit pas issu du Conservatoire de Paris, mais d’un conservatoire étranger qui le fasse ainsi "oublier" par certains? Mais, heureusement, son nom n’a pas été également omis dans les comptes-rendus parus dans la presse musicale de l’époque (Le Ménestrel, La France musicale). Bien que sa destinée soit encore mal connue, il est de notre devoir de donner ici les quelques éléments biographiques découverts à ce jour.

Nicolas, Alexandre Marchand est né le 21 mai 1819 à Bourmont (Haute-Marne). Fils d’Auguste, Louis Marchand, originaire de Paris, professeur de mathématiques, notamment au Collège de Bourmont, et de Marie, Jeanne Sablon, il vint au monde en l’absence de son père retenu au Collège de Semur-en-Auxois (Côte-d’Or) dont il était alors le Principal. La famille résidait à ce moment chez le grand-père maternel, Claude Sablon, lui-même Maître de pension.

C’est au Conservatoire royal de musique de Bruxelles, sous la direction de Fétis, qu’Alexandre Marchand effectua ses études qui furent couronnées en 1843 par un 1er prix de composition. Dans cet établissement il enseignait l’harmonie depuis quelques années en tant que professeur adjoint. La même année, il s’inscrivait à l’Institut de France au Concours de composition musicale, mais le sujet imposé, la cantate Le Chevalier enchanté, paroles du marquis de Pastoret, n’inspira guère les candidats ! Aucun premier Grand Prix ne fut décerné par le jury, qui accorda seulement un second Grand Prix à Henri Duvernoy et une mention honorable à Alexandre Marchand.

On ne sait précisément ce que fit par la suite notre musicien, si ce n’est qu’il continua dans la voie musicale : en 1872, il faisait paraître à Paris (Imprimerie nationale) un ouvrage pédagogique Du principe essentiel de l’harmonie, qui créa quelques remous dans le monde musical. Pougin, continuateur de la Biographie des musiciens de Fétis, écrivait à ce sujet que c’est "un ouvrage théorique qui bouleverse peut-être un peu trop les idées reçues dans la matière, et dont les tendances sont hardies au point d’en paraître audacieuses", ajoutant : "Sans être l’ennemi de tout progrès en matière de science musicale et sans se confiner dans une routine obsolète, je crois que l’on ne saurait accepter, même en partie, le système et les théories de M. Marchand sans en faire l’objet de l’examen le plus scrupuleux." La bibliothèque du Conservatoire de Bruxelles détient un recueil de mélodies, (27e volume) de ce compositeur (B Bc 25.108), qui est sans doute également l’auteur "d’une sorte d’arrangement à trois voix de La Marseillaise", donné à Dijon en septembre 1890 "avec un beau succès" [Le Ménestrel, 27 septembre 1890].

En 1845 à Paris, l'éditeur Lavigne avait publié l'ouvrage Paris chantant. Romances, chansons et chansonnettes contemporaines, genre alors très en vogue. On y relèvait déjà trois oeuvres d'Alexandre Marchand, écrites sur des paroles de François Fertiault : L'Enragé ou les tortures de Franchol, N'ouvre pas ton coeur et une mélodie intitulée Le Bonheur.

Denis Havard de la Montagne



1844

Victor MASSÉ (1822-1884)

Victor Massé (1822-1884),
Grand Prix de Rome 1844,
professeur de composition
au Conservatoire de Paris,
membre de l'Institut,
auteur d'une vingtaine d'oeuvres
lyriques à grand succès
( photo Pierre Petit )

Renaud de VILBAC (1829-1884)

Page de garde des Trios dramatiques pour piano, violon (ou flûte) et violoncelle, sur des opéras célèbres de Renaud de Vilbac et Augustin Lefort. Henry Littoff éditeur
coll. DHM )
Fils d'un capitaine au Corps Royal d'Etat-Major, Alphonse Zoé Charles Renaud de Vilbac est né le 3 juin 1829 à Montpellier. Entré à l’âgé de 13 ans au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, il suivit les classes de Benoist (orgue) et d'Halévy (composition). Peu après l’anniversaire de ses 15 ans! il remportait en 1844 le deuxième Premier Grand Prix de Rome, avec sa cantate Le Renégat de Tanger, sur un poème du marquis de Pastoret. Il avait d'autant plus de mérite que, comme l'écrivait son père le 15 juin 1844 au Secrétaire perpétuel de l'Académie des Beaux-Arts1:

Né aveugle, mon fils Renaud de Vilbac fut opéré deux fois de la cataracte, à 4 et à 5 ans; ses yeux sont restés de longues années dans un état de mobilité effrayante qui l'empêchait de discerner les objets. Sa vue s'est assurée et, sans être bonne, elle sert surtout d'un côté: un il est encore un peu voilé par des filaments cataracteux. Mon fils a commencé à lire la musique il y a deux ou trois ans; il écrit maintenant d'une manière lisible, mais il ne peut distinguer ni former les caractères de l'écriture ordinaire.

Après un séjour de 13 mois à Rome, Renaud de Vilbac rentrait à Paris et fit entendre une ouverture de sa composition lors de la séance annuelle de l'Académie des Beaux-Arts du 3 octobre 1847. Quelque temps plus tard, en 1855, il devenait le premier titulaire du grand-orgue Merklin-Schütz, tout nouvellement installé dans l'église Saint-Eugène-Sainte-Cécile, à Paris IX°. C’est l'architecte Lusson, sur des dessins de Boileau, qui venait d’achever l’édifice. Cet instrument de 33 jeux, répartis sur 3 claviers et un pédalier, auparavant, avait été utilisé en démonstration à l'Exposition Universelle de 1855 durant quelques mois. C’est lui même d’ailleurs, en compagnie de Georges Schmitt, l’organiste de St-Sulpice, qui l’inaugura le 9 mai 1856. Il abandonnera ce poste d'organiste en 1871, pour le laisser à Raoul Pugno, plus connu d'ailleurs comme pianiste et pédagogue que comme organiste. En 1880 Renaud de Vilbac partageait avec Ferdinand Poise, ainsi qu'un peintre et un sculpteur, le prix Trémont, ce qui leur valut chacun une somme de 500 francs.

On connaît de ce compositeur une opérette en un acte écrite sur des paroles de M. de Léris (Alfred Desroziers), Au clair de lune, donnée au Théâtre des Bouffes-parisiens (Paris) le 4 septembre 1857, un opéra-bouffe en un acte Don Almanzor, écrit sur un texte de MM. Eugène Labat et Louis Ulbach, également donné à Paris, au Théâtre Lyrique, le 16 avril 1858; des pièces pour orchestre, pour piano : Menuet Louis XV op. 31, Ophélia (nocturne), Petite Fantaisie sur la mélodie de Tissot, Lili-Polka, Petite poupée chérie (valse), Caresses enfantines (mazurka), Echo du désert (rêverie arabe), Sonnez clairons (marche militaire), Caprice Styrien, Fior di speranza (romance sans paroles)..., ou encore pour orgue, avec notamment un Prélude en mi bémol. On lui doit aussi des transcriptions, dont la Danse macabre de Saint-Saëns et plusieurs autres écrites avec la collaboration d'Augustin Lefort, professeur de violon au Conservatoire de Paris.

Il est décédé à Ixelles, près de Bruxelles (Belgique), le 19 mars 1884.

Denis HAVARD DE LA MONTAGNE

____________

1) Communication inédite de M. Bertrand Malaud, qui précise que les huit autres candidats qui concoururent lors de la première épreuve du Prix de Rome, du samedi 22 au vendredi 28 juin, étaient : J.J. Gautier, E. Ortolan, A. Coinchon, V. Massé, C. Duvernoy, A. Laurent, E. Membrée et H. Mertens. Seuls Gautier, Massé, Duvernoy, Laurent, Mertens et de Vilbac furent admis à l'épreuve définitive. [ Retour ]


Henri MERTENS (1819 - ? )

On sait à ce jour peu de choses sur ce musicien : son œuvre n’est pas connue et on ignore même jusqu'à sa date de décès. Aucun dictionnaire ou ouvrage spécialisé ne le mentionne ! Voici cependant quelques éléments qui permettront de mieux le situer dans l’espace et dans le temps, et pourront éventuellement servir de point de départ pour une étude plus approfondie.

Jean-Henri Mertens est né à Paris le 3 janvier 1819. Enfant, il entra chez les pages de la Chapelle du Roi, où on le repère en 1830. Lesueur et Cherubini en étaient alors les surintendants et Plantade le maître de chapelle. Les pages, au nombre de six, étaient placés sous la direction de Jadin " gouverneur, maître des pages ", aidé de Leroy, précepteur. A cette même époque, Henri Mertens avait déjà rejoint le Conservatoire de Paris (octobre 1829). Dès la première année scolaire, alors âgé de 11 ans, il obtenait un 1er accessit de solfège (1830) dans la classe d’Alexandre Goblin, devant Jules Pasdeloup, le futur fondateur des célèbres concerts du même nom ! Un second prix lui sera décerné en 1839 et un premier l’année suivante. En octobre 1830, il rentrait dans la classe de clavier de Louis Flèche et quelque temps plus tard dans celle de composition de Carafa. C’est lui qui l’amena au Concours de Rome, pour lequel Mertens se présentait la première fois en 1844. Sa cantate Le Rénégat d’Alger, écrite sur des paroles du marquis de Pastoret, lui valut un 1er second Grand Prix, derrière Victor Massé et Renaud de Vilbac. Il se présenta à nouveau en 1845 et 1846, mais bien qu’il fut admis à concourir à l’épreuve définitive, il ne fut pas récompensé !

Ce qu’Henri Mertens advint après 1846 n’est pas connu actuellement !

Bertrand Malaud, le spécialiste du Prix de Rome Louis Deffès, signale l’existence d’une Dame Mertens, qui, d’après le livre de régie de l’Opéra-Comique, fit partie (avec Mmes Galli-Marié, Chevrier, Decroix, Feitlinger, Werhlé, et MM. Engel, Morlet, Barnolt, Bernard, Collin, Davoust et Pamart) de la distribution des Noces de Fernande, de V. Sardou, E. de Narjac et L. Deffès, dont la première représentation à l’Opéra-Comique eut lieu le mardi 19 novembre 1878. Cette chanteuse était-elle de la même famille que notre Prix de Rome, voilà encore un point mystérieux à éclaircir !

D.H.M.


1845

Pas de premier prix

Eugène ORTOLAN (1824–1891)

Ministre plénipotentiaire, docteur en droit, jurisconsulte, lauréat du Grand Prix de Rome de composition musicale, compositeur d’opérettes, voilà un homme qui sut habilement mêler la rigueur du droit et la fantaisie musicale !

Né à Paris le 1er avril 1824, Eugène Ortolan était issu d’une famille provençale de juristes : son grand-père avait été juge de paix à Toulon et son père professeur à la faculté de droit de Paris. Ce dernier, Joseph-Louis-Elzéar, né le 21 août 1802 à Toulon, décédé en 1873, fit ses études de droit à Aix puis à Paris et après l’obtention de son doctorat en 1829, fut notamment secrétaire général au parquet de Paris (1830), puis titulaire de la chair de législation pénale comparée à la faculté de droit de Paris et membre du Conseil supérieur de l’Instruction publique. Jurisconsulte distingué, il a laissé une œuvre considérable et a notamment été décoré de l’ ordre de Saint-Jacques de l’Epée du Portugal pour la rédaction du nouveau code portugais. Plusieurs de ses ouvrages font autorité : Cours public d’histoire du droit politique et constitutionnel des peuples de l’Europe, avec le tableau de leur organisation actuelle (Paris, Franjat aîné, 1831), Le Ministère public en France, traité et code de son organisation, de sa compétence et de ses fonctions dans l’ordre politique, judiciaire et administratif (Paris, Franjat aîné, 1831, 2 vol.), Histoire de la législation romaine depuis son origine jusqu’à la législation moderne, suivie de l’explication historique des Instituts de Justinien (Paris, Joubert, 1835, nombreuses rééditions ultérieures), Cours de législation pénale comparée (Paris, Joubert, plusieurs livraisons à partir de 1838), Eléments du droit pénal (1856)… Cultivant la littérature, Joseph Ortolan a écrit également un volume de poésies : Enfantines moralités (Paris, C. Gosselin, 1845) et un ouvrage sur Dante : Les pénalités de l’Enfer de Dante, suivies d’une étude sur Brunetto Latini, apprécié comme le maître de Dante (Paris, H. Plon, 1873). Les villes de Paris et de Toulon lui ont rendu hommage en donnant son nom à l’une de leurs rues : rue Ortolan, dans le cinquième arrondissement parisien (ouverte en 1884) et avenue Joseph Ortolan à Toulon.

Jean-Félicité-Théodore Ortolan, né le 12 janvier 1808 à Toulon, mort en 1874, frère de Joseph et oncle d’Eugène, eut aussi quelques succès en droit maritime, avec un ouvrage intitulé : Règles internationales et diplomatie de la mer (Paris, impr. de Cosse et N. Delamotte, 1845, 2 vol.), réédité à plusieurs reprises, notamment en 1864 (Paris, H. Plon) sous le titre de : Règles internationales et diplomatie de la mer par Théodore Ortolan, capitaine de vaisseau, officier de la Légion d’honneur, quatrième édition mise en harmonie avec le dernier état des traités, suivie d’un appendice spécial contenant, avec les actes du Congrès de Paris de 1856, les principaux documents officiels relatifs à la dernière guerre d’Orient et à la guerre actuelle d’Amérique. Entré dans la marine en 1822, nommé capitaine de frégate en 1848 puis capitaine de vaisseau en 1862, retraité en 1868, commissaire impérial au conseil de guerre et de révision de Toulon, Théodore Ortolan a également publié des Lettres inédites du bailli de Suffren (Paris, [s.n.], 1859, 39 p.)

Dans un tel milieu, Eugène Ortolan ne pouvait échapper à une carrière juridique, même si ses goûts le portait vers la musique. Il mena ainsi de front des études de droit à la faculté de droit de Paris, qui furent couronnées par un doctorat, et des études de musique au Conservatoire de musique et de déclamation de Paris. Elève d’Halévy pour le contrepoint, et de Berton pour la composition, Eugène Ortolan, entre ses deux licences de droit, se présenta en 1845 au concours de composition musicale de l’Institut de France et remporta le premier Second Grand Prix de Rome, seule récompense décernée cette année là. Le poème choisi était Imogine de Vieillard (scène à 3 voix).

Reçu docteur en droit en 1849, spécialisé en droit international, il entre cette même année au Ministère des Affaires étrangères et y fait une carrière de consul général et ministre plénipotentiaire, qui l’oblige à beaucoup voyager, notamment en Belgique et en Russie. Sous le Second Empire, il n'a pas souvent le loisir de s'adonner à la musique, son Ministère d'emploi ayant fort à faire durant cette période conflictuelle avec plusieurs puissances étrangères : guerre de Crimée avec l'Angleterre contre la Russie, pour sauvegarder l'empire ottoman (1854-56), guerre d'Italie pour conserver l'indépendance de ce pays menacée par l'Autriche (1859), expédition en Syrie afin de protéger les chrétiens Maronites contre les Druses (juillet 1860), expédition en Chine aux côtés de l'Angleterre (octobre 1860), guerre de Cochinchine causée par l'assassinat de missionnaires français (1861-62), guerre du Mexique à la suite de violations d'intérêts de résidents français dans ce pays (1863), guerre contre l'Allemagne (1870-71)…Le 24 décembre 1881, il regagne son dernier poste au consulat de Melbourne où il est nommé consul général, avant de faire valoir ses droits à la retraite le 1er mai 1884.1

C’est sans doute en raison de sa carrière diplomatique qu’Eugène Ortolan a peu composé : quelques mélodies, qualifiées par Fétis " d’un joli tour et d’un heureux caractère ", des morceaux symphoniques, un oratorio Tobie, écrit sur un poème de Léon Halévy, exécuté à Versailles le jeudi saint 16 avril 1867, et surtout deux ouvrages théâtraux qui lui valurent quelques succès : l’opéra-comique en deux actes Lisette, créé au Théâtre-Lyrique du boulevard du Temple le mardi 10 avril 1855 et l’opérette en un acte La Momie de Roscoco, interprétée pour la première fois le 27 juillet 1857 aux Bouffes-Parisiens.

Lisette, écrit sur un livret de Thomas Sauvage, interprété par Mlles Girard, " vive, mutine, douée d’une voix charmante et d’une diction pleine de verve " et Chevalier, et MM. Crambade (Germain), Legrand, Colson, qui dans le rôle du fat y dépose " l’empreinte de son talent si distingué ", Adam et Vasseur, raconte l’histoire de Lisette, jeune fille au service d’une comtesse, qui pour rendre service à sa maîtresse la supplée lors d’un rendez-vous galant avec un fat. L’amoureux de Lisette (Germain), tenu à l’écart de cette supercherie, par dépit s’engage comme soldat du roi, devient capitaine et à son tour papillonne autour de la comtesse… qui à nouveau demande à Lisette de se faire passer pour elle à un second rendez-vous galant. Finalement la fidélité de Germain et la vertu de Lisette éclatent au grand jour ! On pouvait lire dans " L’Univers musical " du 15 avril 1855 : " Tout cela n’est pas très neuf, mais il y a des mots, des scènes et de jolies situations. La musique de M. Ortolan n’a de jeune qu’une certaine incertitude, car elle procède généralement d’une inspiration et de tendances sévères. Cela ne veut pas dire qu’elle manque de mélodie, bien au contraire, elle est constamment limpide, colorée, facile… " La critique musicale saluait plus particulièrement " l’ouverture, dont la facture savante décèle de sérieuses études ; le premier chœur en sol avec arpèges de flûte d’une nuance finement pastorale ; le duo de Germain et de Lisette : Ah ! le bon billet ; puis l’air de Lisette : En ces cieux, votre présence, auquel l’accompagnement de harpe donne un caractère doux et voilé ", mais reprochait au compositeur sa manière un peu trop savante d’écrire la musique, l’encourageant à " arriver au genre simple, le plus difficile, le plus estimable de tous ", à l’image de Grétry, Monsigny et Boïeldieu qui n’ont pas dédaigné de s’y tenir.

La Momie de Roscoco fut créée le même soir que La Demoiselle en Loterie d’Offenbach (livret de Jaime fils). Cette opérette, écrite sur des paroles d’Emile de Najac, conte l’histoire du tuteur trompé par sa pupille maintes fois reprise dans les vaudevilles. Léon Sorel, dans " La France musicale " du 2 août 1857, écrivait : " La musique de M. Eugène Ortolan est bien faite, mélodieuse, facile. L’ouverture, le duo de Gorgoyo et de Roscoco, la romance de la jeune fille, la sérénade du ténor et le grand quatuor final ont été également remarqués et applaudis. C’est un nouveau succès pour l’auteur de Lisette ; c’est pour l’avenir la promesse d’un talent agréable." Quant aux acteurs, voici ce que ce même Sorel disait : " L’exécution de la pièce est satisfaisante. M. Bauce, qui débutait, a une bonne voix de baryton, et joue convenablement ; M. Caillat est toujours excellent dans les rôles d’amoureux dupé ; M. Godefroy, encore un débutant, a une jolie voix de ténor et beaucoup d’aisance en scène. Mlle Coraly Guffroy ne nous paraît pas en progrès ; elle n’a pas grandi, ce qui était nécessaire ; elle a maigri, ce qui était difficile et inutile ; sa voix est devenue criarde, et la comédienne n’est pas très fort au-dessus de la chanteuse ; puis le voisinage de Mlle Tautin est chose dangereuse ! "

Publication d'Eugène Ortolan
Page de couverture du livre de droit écrit par Eugène Ortolan
( Paris, Amyot, 1851 )

En 1877, Eugène Ortolan fit partie du jury pour le grand concours international pour la composition de la cantate jubilaire du pape Pie IX, organisé par les catholiques de Lille ; 39 partitions furent soumises.

Jurisconsulte réputé tout comme son père, Eugène Ortolan est l’auteur d’un ouvrage de droit qui fit autorité à l’époque : Des moyens d’acquérir le domaine international ou propriété d’état entre les nations, d’après le droit des gens public, comparés aux moyens d’acquérir la propriété entre particuliers, d’après le droit privé, et suivis de l’examen des principes de l’équilibre politique (Paris, Amyot, 1851). Officier de la Légion d’honneur, chevalier de l’ordre de Léopold de Belgique, commandeur de l’ordre de Saint-Stanislas de Russie, il est décédé le 11 mai 1891 à Paris.

Sans doute doit-on également rattacher à cette famille le Révérend Père Théodore Ortolan. Né en 1861 dans le diocèse de Fréjus, mort en 1937 à Metz, ordonné prêtre en 1885 chez les Oblats de Marie Immaculée (O.M.I.), le R.P. Ortolan, docteur en théologie et en droit canonique, lauréat de l’Institut catholique de Paris, membre de l’Académie de Saint-Raymond-de-Pennafort (Montréal), est l’auteur de nombreux ouvrages scientifiques et religieux : Astronomie et théologie, ou l’erreur géocentrique, la pluralité des mondes habités et le dogme de l’Incarnation (Paris, Delhomme et Briguet, 1894), Vie et matière, ou matérialisme et spiritualisme en présence de la cristallogénie (Paris, Bloud et Barral, 1898), Savants et chrétiens, études sur l’origine et la filiation des sciences (Paris, Delhomme et Briguet, 1898), Le levier d’Archimède, ou la mécanique céleste et le céleste mécanicien (Paris, Bloud et Barral, 1899), Diplomate et soldat. Mgr Casanelli d’Istria, évêque d’Ajaccio, 1794-1869 (Paris, Bloud et Barral, 1900, 2 vol.), La fausse science contemporaine et les mystères d’outre-tombe (Paris, Bloud et Barral, 1900). On lui doit également une histoire de son ordre longuement racontée dans Les Oblats de Marie Immaculée durant le premier siècle de leur existence (Paris, Lethielleux, 1914-1932, 4 vol.) et un ouvrage touchant la musique intitulé Matérialistes et musiciens (Paris, Bloud et Barral, 1898).

Denis HAVARD DE LA MONTAGNE

____________

1) Nous sommes reconnaissant à Mme Agnès Moinet-Le Menn, conservateur du patrimoine à la direction des archives du Ministère des Affaires étrangères, d'avoir bien voulu nous communiquer le détail de la carrière d'Eugène Ortolan : attaché surnuméraire à la direction des Archives et chancellerie du Ministère des Affaires étrangères (15 mars 1849), attaché surnuméraire à la direction des Consulats et Affaires commerciales (26 avril 1849), élève-consul (24 novembre 1852), attaché payé (15 janvier 1854), commis principal (31 décembre 1860), rédacteur (31 décembre 1866), consul général, chargé de travaux particuliers à la direction des Consulats et Affaires commerciales (marques de fabrique, propriété littéraire et artistique) 1er février 1880, membre du comité consultatif du Contentieux (26 avril 1880), consul général, chargé du consulat de Melbourne (24 décembre 1881), admis à faire valoir ses droits à la retraite (1er mai 1884). [ Retour ]


1846

Léon GASTINEL


1847

Buste de Louis Deffès sculpté par M. Fabre sur la stèle du monument funéraire inaugué le 14 juillet 1904 au cimetière de Terre-Cabade de Toulouse
( Coll. Bertrand Malaud )
Louis DEFFÈS

Article sur une page spécifique.


Eugène CRÈVECOEUR (1819-1891)

Le plus grand mérite d'Eugène Crèvecoeur a été d’enseigner la composition à Edouard Lalo. L’auteur du Roi d’Ys, au moment où il suivait en auditeur la classe de violon d’Habeneck au Conservatoire de musique et de déclamation de Paris, travaillait en effet la composition avec le pianiste Julius Schulhoff et Crèvecoeur. Cela se passait en 1843 et Crèvecoeur, son aîné de 4 ans, était lui-même étudiant dans cet établissement. Peut-être leurs chemins s’étaient-ils déjà croisés dans la région du nord de la France ? On sait en effet que Lalo, né à Lille en 1823, commença par étudier le violon et le violoncelle au Conservatoire de sa ville natale, et que Crèvecoeur est originaire de la même région.

Édouard Lalo
(1823-1892)
élève de Crèvecoeur

( photo Lejeune )

C’est le 12 janvier 1819 à Calais (Pas-de-Calais) que Joseph-Eugène vint au monde du légitime mariage de Pierre-Louis Crèvecoeur, capitaine de navire, et de Suzanne Framery. On ignore où notre futur lauréat du Prix de Rome débuta ses études musicales. Ce dont on est certain, c’est qu’au début des années 1840 il était admis au Conservatoire royal de musique et de déclamation de Paris, où il suivait notamment la classe d’harmonie d’Hippolyte Colet et décrocha en 1845 un 1er prix d'harmonie et accompagnement. En 1847, il se présentait pour la première fois au Concours de composition musicale de l’Institut de France. Classé 4ème au terme du concours d’essai, avec un sujet de fugue soumis par Adolphe Adam, il prit part aux épreuves définitives qui consistaient en la mise en musique (pièce lyrique à 3 voix) d’un poème de Léon Halévy : L’Ange et Tobie. Déclaré Second Prix par les membres de l’Académie des Beaux-Arts réunis en assemblée plénière, il reçut son prix le dimanche 21 novembre 1847 des mains de M. de Kératry, pair de France, vice-président de la Commission spéciale des Théâtres royaux et du Conservatoire royal de musique, lors de distribution solennelle des prix du Conservatoire royal de musique et de déclamation.

Après l’obtention de son Prix de Rome, on sait que Crèvecoeur donnait en 1849 des cours particuliers d'harmonie à Charles Lecocq, futur grand compositeur d'opérettes dans la lignée d'Offenbach, avant son entrée au Conservatoire de Paris ; que le 10 mai 1851, alors domicilié 7 rue de la Grange aux Belles à Paris, en compagnie d'Adolphe Blanc (1828-1885), violoniste, compositeur et futur chef d'orchestre au Théâtre Lyrique, il assistait le Commissaire-priseur chargé de l'estimation des livres et partitions de musique lors de l'inventaire après décès de son maître Hippolyte Colet dans son appartement de la rue Blanche ; et qu'il travailla quelque temps au Théâtre de la Porte-Saint-Martin à Paris. Mais, "…Crèvecoeur – dont le nom assez significatif est presque un symbole, – allait, bientôt désabusé, abandonner les abruptes régions de l'art pour s'établir, dans les plaines favorisées du Nord, marchand de dentelles." [H. Malherbe]. Il retournait en effet dans sa ville natale à Calais se livrer au commerce.

Il serait décédé en 1891.

Denis HAVARD DE LA MONTAGNE 1

____________

1) Nous remercions M. Bertrand Malaud pour sa contribution aux recherches sur ce musicien oublié. [ Retour ]


1848

Jules DUPRATO

Auguste BAZILLE (1828-1891)

Auguste Bazille (1828-1891) vers 1880, organiste de Ste-Elisabeth.
( Détail, photo P. Petit, BNF Richelieu )
Le 3 février 1880 une catastrophe ferroviaire survenue dans la banlieue parisienne, à Clichy-Levallois, faisait 13 morts et une quarantaine de blessés. Plusieurs artistes figuraient parmi ces derniers : Mme Collin, femme du chanteur de l’Opéra-Comique et sœur de Melle Fiocre, de l’Opéra ; MM. Haymé et Joly, des Bouffes et Auguste Bazille, alors premier chef du chant à l’Opéra-comique, qui rejoignait son domicile, non loin de Paris, situé à Colombes. Quelque temps auparavant, le samedi 5 juin 1875, c’est lui qui avait joué les obsèques de Bizet aux claviers du grand-orgue de l’église de la Trinité, en improvisant pour cette occasion sur des thèmes des Pêcheurs de perles à l’entrée et de Carmen à la sortie. Pasdeloup et l’Orchestre du Cirque d’hiver avaient quant à eux interprété Patrie et des extraits de L’Arlésienne.

Né le 27 août 1828 à Paris, Auguste Bazille avait rapidement rejoint le Conservatoire national supérieur de musique de Paris, où il remportait un brillant palmarès : premier prix de solfège (1841), premier prix d’harmonie et d’accompagnement (1845), premier prix de fugue (1846) et premier prix d’orgue (1847). L’année suivante, il était couronné par un premier Second Grand Prix de Rome, derrière Duprato. C’est à cette époque qu’il fut engagé à l’Opéra-comique, tout d’abord en qualité d’accompagnateur, puis comme chef du chant.
Grand orgue de l'église Sainte-Elisabeth-du-Temple, à Paris IIIe. Construit en 1853 par le facteur Suret, il comportait à l'origine 39 jeux répartis sur 3 claviers et un pédalier.
( photo Christophe d'Alessandro, avec son aimable autorisation. )

D'autres très belles photos de C. d'Alessandro sont disponibles sur la page des organistes et maîtres de chapelle de l'église Ste-Élisabeth.
En même temps, il était nommé premier organiste titulaire du nouvel orgue que le facteur Suret venait de construire (1853) à l’église Sainte-Elisabeth du Temple, dans le troisième arrondissement parisien. Cet instrument comportait à l’époque 39 jeux répartis sur 3 claviers de 54 notes et un pédalier de 24 notes. C’est Pierre Laboureau, un ancien élève de l’Ecole Niedermeyer, qui lui succédera en 1887, avant de laisser à son tour les claviers à un autre futur Grand Prix de Rome, Omer Letorey.

Premier chef du chant à l’Opéra-comique, organiste de Sainte-Elisabeth, Bazille enseignait également au Conservatoire de Paris l’accompagnement pratique au piano. L’un de ses plus prestigieux élèves fut un certain Claude Debusy qu’il connut dès son entrée dans cet établissement, le 2 octobre 1872 et qui rejoignit sa classe d’accompagnement et d’harmonie pratique en octobre 1879. L’année suivante il obtenait le premier prix. Si la révolte de Debussy contre l’enseignement de l’harmonie par son professeur Emile Durand est connue, l’on sait par contre que le futur auteur de La Mer retira un grand profit de l’excellent enseignement d’Auguste Bazille.

Rouen. L'orgue de Saint-Maclou
Rouen: l'orgue de Saint-Maclou
( Photo Michel Baron )

En tant qu’organiste Auguste Bazille était renommé. Il n’était pas rare de le croiser ça et là dans toute la France, où il était demandé pour inaugurer des orgues. C’est ainsi que le 1er octobre 1854, il inaugure celles de Saint-Médard à Epinay-sur-Seine que vient de terminer Suret, les 19 et 21 novembre 1861 il réceptionne celles de la cathédrale de Nancy restaurées par Cavaillé-Coll, le 29 août celles de la basilique Saint-Denys d’Argenteuil, construites par Suret, et le 15 avril 1884, celles de l’abbatiale Saint-Sauveur à Montivilliers, dues au facteur Louis Debierre. Mais c’est surtout l’inauguration le 26 mai 1854 de l’instrument de St-Eustache, construit par Barker, avec les organistes Lemmens, César Franck et Cavallo, puis celui de Saint-Sulpice (29 avril 1862), œuvre de Cavaillé-Coll, en compagnie de Guilmant, Saint-Saëns, César Franck et Schmitt qui le révéleront au grand public. Lors de cette dernière manifestation, il interprétait d’ailleurs une Pastorale de sa composition intitulée Orage. N’oublions pas également l’inauguration, le 26 juillet 1866, avec Aimable Dupré (le grand-père de Marcel Dupré), Saint-Saëns, alors organiste de la Madeleine, Renaud de Vilbac, Prix de Rome et organiste de Saint-Eugène à Paris et Aloys Klein, titulaire de la cathédrale de Rouen, du grand orgue de Saint-Maclou de Rouen, reconstruit par la firme Merklin-Schütze... Sa réputation était telle que la presse, lors de l’inauguration solennelle de l’orgue de Notre-Dame de Paris, le 6 mai 1868 à 8 heures du soir, qui attira des milliers de personnes, déplora de ne pas voir le nom d’Auguste Bazille figurer sur les programmes !

Signature d'Auguste Bazille apposée le 29 août 1867 sur le procès-verbal de réception du grand-orgue d'Argenteuil, construit par le facteur parisien Suret.
( photo DHM )

Si Auguste Bazille déploya une grande activité en tant qu’interprète, que ce soit aux claviers d’un piano ou d’un orgue ou encore à la tête de ses chœurs de l’Opéra-comique, il n’en est pas de même pour ce qui concerne la composition. A part quelques pièces éparses, on ne lui connaît en effet que des mélodies, des couplets pour des scènes de vaudevilles, ainsi que quantité de réductions de partitions pour piano, notamment Lakmé et Le Roi l’a dit de Delibes, Cinq-Mars de Gounod et Zémire et Azor de Grétry. Son nom apparaît également, en même tant que ceux de Clapisson, Gevaert, Jonas, Gautier, Mangean et Poise, dans la musique de l’opérette en un acte, La Poularde de Caux, qui fut représentée au Théâtre du Palais-Royal.

Auguste-Ernest Bazille est mort le 18 avril 1891, sans doute à Bois-Colombes, près Paris, où il résidait depuis plusieurs années.

Denis HAVARD DE LA MONTAGNE


Auguste MATHIAS


1849

Pas de premier prix

Ernest CAHEN (1828-1893)

Compositeur discret et musicien polyvalent, Ernest Cahen, pianiste distingué, organiste, professeur de musique, et compositeur, a laissé peu de souvenirs dans l’histoire de la musique.

Né à Paris le 18 août 1828, Ernest Cahen fréquenta le Conservatoire de sa ville natale, où il eut probablement pour professeur Félix Le Couppey (solfège, harmonie), François Bazin (accompagnement) et Zimmerman (piano). 1er accessit d’harmonie et accompagnement en 1845, puis 1er prix deux années plus tard, il se présentait en 1849 au Concours de l’Institut et remportait le second Grand Prix. Il était cependant le premier nommé, puisque cette année-là le jury n’avait pas cru devoir décerner de Grand Prix !

Après l’obtention de son Prix de Rome, Ernest Cahen se livra à l’enseignement à Paris, tout en touchant les orgues des synagogues de la rue de la Victoire et de la rue Notre-Dame-de-Nazareth. L’instrument de la Grande synagogue de Paris, édifiée rue de la Victoire en 1867, avait été construit en 1875 par le facteur Merklin. Samuel David, autre lauréat du Prix de Rome y était alors directeur de la musique à la même époque. Quant au temple de la rue Notre-Dame-de-Nazareth, érigé en 1852, il accueillait alors un bel orgue Cavaillé-Coll de 1852.

On connaît d’Ernest Cahen plusieurs opérettes, parmi lesquelles Le Calfat en 1 acte, représenté en 1858 au Théâtre des Folies-Nouvelles, et Le souper de Mezzelin en 1 acte, représenté en 1859 dans ce même théâtre. Située 41 boulevard du Temple, cette salle de spectacles, fondée en 1852, était alors dirigée par le député et journaliste Altaroche, qui, avec le littérateur et journaliste Louis Huart s’étaient lancés en 1855 dans l’exploitation d’une nouvelle scène de genre. Alors en vogue, ce théâtre lyrique attirait la jeunesse de l’époque qui venait se distraire sur les boulevards en assistant à des pièces légères. En septembre 1859 la célèbre actrice Virginie Déjazet le racheta pour son fils Eugène, lui-même auteur d’opérettes.

Ernest Cahen est décédé à Paris le 8 novembre 1893.

D.H.M.

Emile Jonas
( lithographie, Impr. Becquet, BNF Richelieu )
Émile JONAS (1827-1905)

Né le 5 mars 1827 à Paris, Emile Jonas est entré au Conservatoire national supérieur de musique de Paris le 28 octobre 1841, dans les classes de piano et d’harmonie de Félix Le Couppey et de composition de Michel Carafa qui le conduira à l’obtention d’un deuxième Second Grand Prix de Rome en 1849 pour sa cantate Antonio. Dès 1847, année où il avait obtenu un premier Prix d’harmonie, il était nommé professeur assistant de solfège élémentaire au CNSM, avant d’être nommé titulaire en 1857, puis de prendre deux années plus tard la classe d’harmonie et de composition pour les élèves militaires. En 1870 il se retirait du Conservatoire.

Chef de musique de la Garde Impériale et chef de chœur de la synagogue portugaise, alors installée au numéro 23 de la rue Lamartine, dans le onzième arrondissement parisien, il est l’auteur d’un grand nombre d’opérettes composées dans le style d’Offenbach, dont certaines connurent un certain succès : Avant la noce (Fantaisies-Parisiennes) et les Deux Arlequins (id., 1866). Citons encore le Duel de Benjamin donné aux Bouffes-Parisiens en 1855, le Roi boit (1857), Job et son chien (1863), le Manoir de la Renardière (1864), Avant la noce (1865), le Canard à trois becs (1869) et Javotte, opéra-comique en 3 actes sur un livret d’Alfred Thompson (Paris, E. Dentu, 1872). On lui doit également quelques pages pour saxophone, notamment Le Diamant et une belle Prière pour quartette de saxophones.1

Exemple n° 1 noté par Léon Algazi
La Revue musicale, numéro spécial 222, année 1953-54, p.159 )

Dans ses compositions à l’usage du culte hébraïque le musicologue Léon Algazi, directeur de la musique de la synagogue de la rue de la Victoire et professeur de musique liturgique au Séminaire israélite , lui reproche2 " de sacrifier au déplorable goût du jour, confondant froidement les styles et les genres et associant des paroles liturgiques (quitte à en fausser le sens et la prosodie) à des airs d’allure militaire ou théâtrale, et même à des valses ou des mazurkas. " [voir exemple 1, ci-dessus]. Il est cependant l’auteur d’un recueil de chants hébraïques à l’usage du culte, publié en 1854, qui note la tradition sefardie ou portugaise dans lequel il a le mérite de recueillir quelques mélodies traditionnelles qu’il a su harmoniser selon les canons classiques.

Emile Jonas est mort à Saint-Germain-en-Laye, le 21 mai 1905.

Denis HAVARD DE LA MONTAGNE

____________

CD NUOVA ERA 7211 (enregistré en 1994)
HOMMAGE A SAX. XIX Century Orginal Works for Saxophones
QUARTETTO DI SASSOFONI ACCADEMIA
Gaetano Di Bacco,saxophone soprano - Enzo Filippetti, saxophone alto
Giuseppe Berardini, saxophone ténor - Fabrizio Paoletti, saxophone bayton
CLAUDE DELANGLE, saxophone soprano

Jérôme SAVARI (1819-1870) : Quintette et Quatuor - Jean-Baptiste SINGELEE (1912-1875) : Grand Quatuor concertant op. 79 et 1er Quatuor op. 53 - Caryl Florio (1843-1920) : Quartette (Allegro de Concert) - Jean-Baptiste MOHR (1823-1891) : Quatuor - Emile JONAS (1827-1905) : Prière (1861)

1) Enregistrée en 1994 par le Quartetto di Sassofoni Accademia. CD NUOVA ERA 7211, "Hommage à Sax - XIX Century Original Work for Saxophone" www.accademiasax.com/discog/cd_page/7211.htmlRetour ]

2) La Revue musicale, numéro spécial 222, année 1953-54. [ Retour ]



Soyez prévenu
des mises à jour
de cette page!
    
   Confidentialité  

Un service de
ChangeDetection

Navigation dans les pages des prix de Rome
Décennie précédente Relancer la section des Prix de Rome Décennie suivante

 


Relancer la page d'accueil du site MUSICA ET MEMORIA

Droits de reproduction et de diffusion réservés
© MUSICA ET MEMORIA

tumblr hit counter